1. Charlène, sa nièce et son amie (7)


    datte: 10/10/2018, Catégories: Inceste, Auteur: markie,

    Je suis bien décidé de laver l’affront que m’a fait subir cette salope de Charlotte et sapute allemande, mais je n’en laisse rien paraître. Le repas est un peu carbonisé vu le retard dû aux outrages que m’ont infligés les deux salopes. Nous mangeons toutes trois nues sur la terrasse et j’observe la poitrine fièrement bombée de la germaine. C’est au moins du 95. Cette chienne ne perd rien pour attendre. Je leur sers un délicieux cocktail fortement additionnée de vodka en guise de dessert. Cet alcool est traître car d’un goût très neutre, ce qui fait qu’on le sent mais sans pouvoir en apprécier la quantité. La forte rasade fait son effet, les deux gouines commencent à pouffer pour un rien. Ma nièce drague outrageusement la pouffiasse blonde. Elle se rapproche d’elle et les commence à échanger des baisers langoureux. Je les laisse faire un instant puis leur fait une proposition: Quoi de mieux qu’ une séance d’hypnose pour se décontracter? Charlotte traduit en anglais et la germaine accepte. Ma nièce suit également. Je maîtrise très bien cette technique que j’ai apprise d’une maie qui travaillait dans un bloc opératoire. On y utilise l’hypnose pour traiter des cas légers, ce qui évite d’avoir recours à une anesthésie lourde. Je la pratique parfois sur ma nièce quand elle est énervée par son travail ou autre chose. Je commence par elle. Charlotte sombre immédiatement sous le regard incrédule de la pute germanique. Je la laisse allongée sur un transat et passe à ma deuxième ...
    victime. C’est un peu plus difficile car je la sens réticente. Je lui donne mon portable et choisis une musique relaxante dans ma playlist. La teutonne passe les écouteurs. Je la regarde fixement, pose ma main sur son front. Elle ferme les yeux et lâche prise. J’ai tout loisir d’observer les deux corps dénudés à mes pieds. Leur respiration est parfaitement calme. Je retourne dans la maison me munir de certains accessoires. Je prends ensuite l’allemande par le poignet et la tire doucement vers moi. Elle suit le mouvement sans aucune résistance. Je la guide vers la clôture qui nous sépare du voisin et l’attache, pieds en mains en croix, contre le grillage. Je la bâillonne et vais chercher Charlotte que j’installe dans la même position à côté d’elle. Je réveille les deux filles et constate leur surprise. Ma nièce roule des yeux écarquillées tandis que la salope platinée essaye d’engager avec moi un dialogue impossible. D’abord je ne parle pas allemand et puis je ne vois comment elle pourrait articuler quelque chose vu que je lui ai enfoncé un gant de toilette dans la bouche. Je me verse un petit verre de Baileys et les laisse mariner. Il me reste de la cordelette. Je saisis le sein gauche de ma captive tudesque. C’est bien ferme. Je lui tords le mamelon tandis qu’elle grogne dans son patois germanique. J’enroule plusieurs fois la mince corde à la base de la poitrine en prenant grand soin de bien serrer. Le nichon devient rapidement couleur pourpre, près du violet. Je la regarde droit ...
«1234»