1. Mauricette aime la quéquette.... (4)


    datte: 10/10/2018, Catégories: Hétéro, Auteur: RENIFLEUR61,

    Quand j‘avais vu la patronne s‘avançait jusqu‘à moi, je m‘étais dit : ça y est, elle va me demander de la suivre jusqu‘à un endroit discret, et une fois sur place exigera de ma part de la satisfaire en garant ma verge dans son sexe. — Alain il serait possible que vous accompagniez ma marraine jusqu’à la petite maison. Me demanda la patronne. — Oui bien sûr avec plaisir madame. Répliquais-je en posant le plateau que je tenais en main sur un petit guéridon. Ce soir c’était jour de fête dans le domaine. Une centaine de convives se partager les lieux. J’avais rendu mon costume de gardien contre celui de serveur. Pour l’occasion j’avais avalé un comprimé de Cialis. Pour satisfaire, si le cas se produisait, les besoins sexuels débordants de ma patronne. Que rien ne pouvait briser. Pas même une fête avec ses proches. J’avais patienté un long moment près de la porte d’entrée, avant que Geneviève (la marraine) daigne arriver. Emmitouflée dans un manteau de fourrure. — Je n’ai pas été trop longue ? — Si peu madame, montais-je. Elle en avait ri. — J’avais tellement de personne à saluer avant de m’éclipser. Je ne tiens plus les soirées comme je le faisais plus jeune. — Mais vous êtes encore très jeune. — Et vous un grand hypocrite. Répliqua-t-elle en riant. Savez-vous seulement l’âge que j’ai mon cher ami ? Alors qu’il marchait dans l’allée. — Je n’ose pas vous donner une réponse à votre question chère madame. De peur de me faire traiter à nouveau. — Je vais sur mes quatre-vingt-deux ...
    ans. — Et bien bravo madame, vous ne les faites pas. Torche en main je la guidais jusqu’au foyer qui lui était alloué. Avec mon passe j’avais ouvert l’accès. Après avoir allumé l’entrée je m’étais effacé pour laisser passer Geneviève. — Il fait meilleur ici que dehors fit-elle. Effectivement le chauffage tournait à plein pot. Je l’aidais à retirer son manteau que j’allais poser sur une chaise. Pas question de le suspendre sur une patère. — Me permettez-vous d’aller jusqu’à votre chambre pour fermer vos volets. — Mais oui ! Faites... faites mon cher Alain... je vous accompagne. Comme vous m’aiderez à monter les marches. Et ce fut en sa compagnie que je franchis le pas de la chambre. Tout de suite mon regard fut attiré par une culotte couleur sombre qui était posée sur le dossier d’une chaise. Elle se précipita jusqu’à elle, s’en saisit pour la fourrer dans sa valise. — Il faut m’excuser. Je ne suis pas douée pour le rangement. Et en plus j’ai laissé ma bonne à la maison. J’avais tout de même eu le temps de la scruter cette culotte noire. Comme étant chiffonnée, preuve qu’elle avait été portée récemment. Tout en fermant les volets, je l’avais imaginé la faisant glisser le long de ses cuisses, ce matin ou ce soir, avant d‘aller prendre sa douche. Que fut ma surprise en me retournant de trouver Geneviève en jupe et soutien-gorge blanc. Les bonnets de dentelle couvraient à peine la moitié de ses seins. — Vous avez besoin de quelque chose ? Avais-je bafouillé. — Je ne sais pas. Une ...
«1234...»