1. Chinoiseries


    datte: 10/10/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Trixie,

    « Mademoiselle, me dit Victor, Monsieur désirerait que vous le rejoigniez dans le living-room, il vous y attends avec un invité. » Il m'inspecta des pieds à la tête ; « Presque parfait Seulement ce demi-soutien gorge qui est de trop ! » Il ôta mon déshabillé et sans quitter ma nuisette, il me le quitta, non sans avoir peloté mes seins, trituré et pincé mes mamelons. 'enfilais à nouveau le négligé transparent qui portait bien son nom. Alfred m'avait interdit de le fermer, pour que ma chatte bien épilée encadrée par un fin porte-jarretelles noir qui soutenait des bas noirs eux aussi, puisse s'offrir aux regards, je devais, sauf contre-ordre de sa part, porter ma « tenue de secrétaire » même s'il avait des visites. Suivie de Victor, j'entrais dans le living-room, Alfred bien calé dans un fauteuil profond, était en train de satisfaire son candaulisme, en regardant avec son invité une vidéo ou sans nul doute, j'étais la vedette... C'est le fauteuil d'à côté qui capta toute mon attention. Il était occupé par un Asiatique assez jeune, le crâne absolument chauve et luisant. Ses bajoues flasques tombaient, il avait un triple menton. Il devait mesurer plus de deux mètres, ses bras étaient aussi gros que mes cuisses. La balance dépassait sûrement les cent cinquante kilos. Il était vêtu d'une sorte de Kimono qui s'ouvrait sur des jambes monstrueuses. Son ventre était tellement gros que je me fis la réflexion qu'il n'aurait jamais pu boucler un pantalon ! Son corps était absolument ...
    glabre. Ses yeux porcins, fixaient de l'écran de télévision puis me scrutaient de la tête aux pieds avec étonnement ! Son regard reflétait son incrédulité... Il ne voulait pas croire que la merveilleuse blonde qui se faisait baiser sur l'écran était devant lui en chair et en os. Ma tenue l'intriguait, ses yeux s'attardaient sur les endroits stratégiques. Tout d'abord sur mes seins qui laissaient deviner mes mamelons et mes aréoles sous le mince tissu des fentes de la nuisette. Puis je les sentis qui glissaient vers mon mont de Venus. La nuisette s’arrêtait au ras de mon porte-jarretelles et laissait à découvert le petit triangle de poils ras châtain clair au-dessus de ma chatte. Son aspect me donna la nausée. En souriant, il entrouvrit plus largement ses énormes cuisses. J'en restais bouche bée, il tenait dans sa main plus qu'un énorme rouleau de chair, je n'avais jamais vu un tel engin. Avec Alfred, ils se masturbaient doucement tout en me regardant sur l'écran géant en train de me faire baiser par le fils du vieux fermier. La vidéo sur l'écran se déroulait ainsi. ''... Il était en train de se mettre entièrement nu. J'étais attachée à une poutre, en face de Gérald, mon amant noir ligoté lui aussi. J'étais nue, en porte-jarretelles, bas noirs, soutien gorge demi-bonnets et talons aiguilles, offerte au bon vouloir de ces messieurs, qui obéissaient parfaitement aux désirs d'Alfred. Les mains velues du gros homme, commencèrent à me caresser le corps. La caméra s'attarda sur ses ...
«1234...10»