1. Les démons de Noémie (3)


    datte: 10/10/2018, Catégories: Partouze, Auteur: alchophe,

    III Inattendu Dans la pièce sombre et malodorante, Noémie, brûlante, s’agrippait au petit établi encombré, le corps à l’équerre et les jambes bien écartées. Elle avait les yeux clos et gémissait fortement, la bouche grande ouverte, tandis qu’Eric la prenait violemment par derrière. Le gringalet était en sueur mais maintenait un rythme effréné. Sa bite tendue allait et venait dans la chatte dégoulinante de la jeune asiatique. — « Putain, t’es trop bonne. » Dans un coin, Jean-Jacques filmait la scène avec son téléphone. Une semaine auparavant Noémie avait totalement perdu le contrôle de sa sexualité. Pire, elle avait pris du plaisir en repensant aux humiliations qu’elle avait subies. Le dernier “incident”, euphémisme qu’elle avait choisi pour nommer ces événements, l’avait excitée au-delà de sa honte et de sa conscience. Elle décida de tout noter sur son ordinateur. Et de trouver la clé de cette histoire folle pour y mettre un terme. Son premier constat fut qu’elle se donnait inexplicablement à des inconnus pour lesquels elle n’avait aucune attirance, bien au contraire. De plus, si elle ne contrôlait plus son corps, elle gardait tout de même sa conscience. Elle décida de rechercher et lister toutes les drogues qui pouvaient aboutir à ce résultat. Et si elle était consciente, pouvait-elle reprendre le contrôle ? Et comment aurait-elle été droguée ? Beaucoup de questions se posaient. Mais elle était déterminée à retrouver sa vie et son corps. Le plus urgent était ceux qui ...
    avaient profité d’elle sans vergogne. Si elle avait peu de risques de revoir Verdier et son ami, en revanche, les collègues d’Olivier... Surtout Jean-Jacques, qu’elle détestait car elle savait qu’il n’en resterait pas là avec elle. Elle devait trouver le moyen de ne pas devenir son jouet. Quant à Eric... Elle s’en méfiait aussi, mais nettement moins. Elle était toujours assise devant son ordinateur, dans son salon, lorsque le téléphone sonna. « Salut, c’est Aude » « Salut... « Ca va ? T’as la voix bizarre... » « Ca va, t’inquiètes. » « Ok, on a reçu une demande d’intervention pour mercredi. » « Ok, attends, je prends un stylo. Donne-moi le nom et l’adresse. » « René Géraldi, 16 rue Jean Moulin. » « René ? » « Oui, René. Apparemment, c’est un ami de Monsieur Verdier. » « Tu peux pas le prendre toi ? Ca va être compliqué pour moi... Elle était livide. Ce vieux salaud de René voulait remettre le couvert. Il savait qu’il pouvait faire ce qu’il voulait d’elle. Et Noémie savait qu’elle se soumettrait à tous ses caprices. « Non, je peux pas, ma journée est pleine, mercredi prochain. Toi, il te reste un créneau à 16h. Ça lui va très bien. », répondit Aude. Elle ne pouvait refuser sans risquer de compromettre son emploi et l’entreprise. Mais elle devait mettre au point une stratégie pour éviter tout « incident ». Pour l’instant, elle attendait la venue des techniciens pour sa chaudière. Là aussi, elle devait absolument rester à l’écart des deux hommes. Ne pouvant les laisser seuls dans ...
«1234...7»