1. Les démons de Noémie (3)


    datte: 10/10/2018, Catégories: Partouze, Auteur: alchophe,

    branlant l’autre rapidement. Elle suçait très vite et cherchait à avaler le plus possible le membre dur. Après de longues minutes de ce traitement appliquée aux deux bites alternativement, les deux hommes commencèrent à sentir monter leur jus. Brandier avait un petit peu ralenti lui aussi et voulait cracher sur le corps de la jeune femme. « Allez, on va tout te foutre dessus. Mes gars vont te repeindre la face. » Il relâcha son étreinte et les jambes de la philippine redescendirent en s’écartant, de chaque côté de son baiseur. Brandier s’avança et commença à se branler vigoureusement, imités par ses deux employés. La jeune femme, à bout de souffle, ne savait plus où regarder ni qui allait jouir le premier. Ce fut Brandier, qui inonda son ventre et son soutien-gorge. Patrick l’appela et dès qu’elle eut retourner sa jolie tête, lâcha sa purée sur son visage et ses cheveux. Elle pivota tout logiquement vers Joël en ouvrant la bouche, espérant récolter un peu de semence au passage. Il visa et atteignit l’orifice qu’il remplit de son foutre. « Oh, putain, c’était bon ! », dit Patrick. « Ouais... », rajouta Joël. « Du bon boulot, les gars, voilà une cliente comblée qui je suis sûr nous rappellera en cas de baisse de pression : », lança, hilare, Brandier. Dix minutes plus ...
    tard, rhabillés et ayant fait la facture de l’intervention et pris le chèque, les trois hommes, ravis et moqueurs, repartirent enfin. Noémie se retrouva, comme l’autre soir, couverte de sperme. Plus de « trouble» ni d’excitation, elle venait de retrouver entièrement ses esprits, et s’attendait à ressentir la honte et la colère qui allaient avec. Au lieu de ça, elle se surprit à se caresser les seins, alors que les trois salauds étaient déjà loin. Elle se rendit compte que sa colère faisait place à un plaisir coupable et honteux. Elle commencerait à aimer ça ? Après sa douche, elle irait compléter ses recherches avec ces nouveaux éléments. Le soir venu, couchée dans son lit, près d’Olivier, elle s’assoupit difficilement. Dans ses rêves, la scène se répéta dans les moindres détails. Puis une autre scène succéda soudain : la jeune femme était à genoux devant un homme, visiblement dans une boîte de nuit. Elle regardait le sexe de l’inconnu grossir entre ses mains, en souriant. La belle asiatique se réveilla brutalement, avec encore sa main entre les jambes qui caressait sa chatte. Elle se leva, et alla faire un tour dans le salon pour se changer les idées. Son portable était allumé. Elle le saisit machinalement et vit alors un message d’un numéro masqué : « Souviens-toi ».
«12...4567»