1. Les saveurs du soleil d'été


    datte: 10/10/2018, Catégories: fh, grp, fbi, couleurs, asie, inconnu, grossexe, grosseins, plage, caférestau, toilettes, odeurs, massage, intermast, entreseins, Oral, Oral, Oral, pénétratio, Auteur: Chienbrun,

    je crois que je devais vraiment être affamée pour avoir sorti une chose pareille. — Je vois Regardait-il mon entrejambe, ou je rêvais ? Était-il possible que mon maillot laisse paraître mon humidité ? Étaient-ce déjà les pointes de mes seins qui apparaissaient sous mon haut ? Dans quoi m’étais-je fourrée ? — Thomas, dit-il en se levant et s’approchant de moi pour se présenter. Mon ami, c’est Amiya.— Enchantée ; le temps est merveilleux aujourd’hui, répliquai-je alors que je sentais le rouge me monter.— Vous êtes du coin ? On est tous les deux en vacances pour la semaine, dit-il en me regardant tout en transperçant mes lunettes.— Oui, j’habite à deux pas de la plage ; j’ai un appartement à environ 5-10 minutes à pied.— Cool, c’est sympa comme endroit en plus ; quelle chance d’habiter ici. Pendant ce temps je ne pouvais m’empêcher de penser que la chance serait de les avoir à la maison, à m’occuper d’eux ou l’inverse. — Vous êtes toute seule ? Personne pour vous accompagner en cette belle journée ? Voilà la question que j’attendais, celle qui vous laisse penser que la réussite est de votre côté. — J’ai une amie qui devait venir me rejoindre mais elle a dû remplacer une collègue de travail au pied levé, alors du coup je suis toute seule.— Humm on est là ! dirent en chœur les deux garçons d’un ton un peu présomptueux.— Enchantée ; je m’appelle Alice.— Oui, tu portes bien ton nom ! s’exclama le garçon avec un sourire charmeur.— C’est à dire ?— À cause des merveilles, dit-il en ...
    appuyant son regard sur ma poitrine aux formes généreuses. Bon, c’était chaud, mais ça valait la peine d’être explicite. Je ne vous raconte pas : en bas, dans mon maillot, c’était la fourmilière. En même temps j’avais beau avoir très envie de rentrer rapidement chez moi bras dessus bras dessous avec ces beaux jeunes hommes, autant je n’étais pas du genre à me laisser attraper comme la première souris venue entre les griffes d’un matou. — On va boire un verre ? Le petit bar là-bas sert de très bons cocktails ; j’allais justement m’en chercher un.— Excellente idée, répondit Amiya. Tiens, il avait une langue donc, mais savait-il s’en servir seulement ? Il faut avouer une chose : quand les hommes ont envie, non seulement ils n’y vont pas par quatre chemins, mais en plus ils aiment suivre leurs pulsions au point de vous suivre sur commande. Nous avons donc récupéré nos affaires avec engouement. J’avançais vers le bar de la plage avec la conviction que j’allais passer un bon moment, peut-être même excellent. Je commandai une piña colada pendant que mes deux nouveaux amis commandaient leurs boissons respectives. Après que le serveur – qui avait un cul merveilleux, au passage – soit parti nous préparer nos boissons, je repris du courage et entamai la conversation. Il s’agissait désormais de la jouer fine pour terminer l’après-midi dans les meilleures conditions. — Alors, et vous, d’où venez-vous ?— En fait, on est venus passer une semaine ici car au nord, on n’a ni soleil ni boulot ...
«1234...9»