1. Les saveurs du soleil d'été


    datte: 10/10/2018, Catégories: fh, grp, fbi, couleurs, asie, inconnu, grossexe, grosseins, plage, caférestau, toilettes, odeurs, massage, intermast, entreseins, Oral, Oral, Oral, pénétratio, Auteur: Chienbrun,

    stable, et on s’est dit que l’on pourrait trouver les deux durant notre séjour.— Bonne idée, je suis sûre que vous allez trouver ; et puis ça tombe bien : je suis gérante d’une société d’intérim ; je serais heureuse de vous rendre service, si bien entendu vous savez vous montrer aptes.— Oh, je suis certain que nous saurons vous démontrer toutes nos capacités répondit le plus timoré qui soudain avait retrouvé sa langue. Je me sentais bien là à ce bar avec ces deux beaux mâles, le sable fin et l’air marin que j’affectionnais tant. Et comme le soleil était bon ce jour-là ; une journée presque parfaite. Il s’avéra que les deux hommes étaient en capacité de m’intéresser à plus d’un titre. L’un était plombier, l’autre chauffagiste. Si leurs compétences étaient au niveau, je n’aurais aucun mal à leur trouver quelque chose. Puis nous avons parlé de divers sujets, mais j’avoue que je ne faisais cela que pour l’envie de faire durer le plaisir. Celui de les ramener chez moi. Après avoir regardé attentivement l’un et l’autre en discutant, je percevais déjà les premières idées sensuelles me transporter. Je regardais les belles et grandes mains du plombier en m’imaginant le voir sortir son tuyau, et son ami qui avait un regard profond me donnait tout autant d’envies. Un chauffagiste, c’est fait pour réchauffer, non ? Oh, je sais ce que vous allez me dire : la chaleur du soleil, le sable chaud réchauffaient déjà beaucoup, mais j’avais besoin d’une autre chaleur. C’est alors que j’eu une ...
    envie pressante, et je ne sais pas si c’était le fait que j’avais mouillé particulièrement tout à l’heure ; il fallait absolument que je me soulage. J’ai donc rejoint les toilettes du bar. Elles venaient d’être entièrement refaites car ce même bar accueillait des soirées à thème durant le période estivale. L’investissement se voyait ; j’aurais presque voulu avoir le même espace chez moi. Du bel ouvrage. Lorsque je suis sortie, je retrouvai la pièce des lavabos qui était commune aux deux sexes. Je me trouvai être en face de Thomas, si beau avec sa peau sombre et ses muscles saillants. Il me sourit de toutes ses dents. Je n’avais pas vu qu’il m’avait emboité le pas. Je lui souris également. Nous prîmes le temps de nous laver les mains ; le savon sentait très bon, comme un mélange de jasmin et de vanille des îles. Il se sécha les mains avant moi et se plaça derrière moi. Tout en me regardant dans le miroir, il entreprit de caresser mon dos et mes épaules en les effleurant. Ses gestes étaient à la fois doux et assurés. Il me massa les épaules et le cou, ce qui me relaxa immédiatement. Le bougre savait y faire. Ses grandes mains étaient expertes. J’ignore réellement combien de temps ce massage dura. Il fut exquis ; et pour ma part, même s’il avait été en réalité relativement court, il m’avait transportée durant de longs moments. Lorsqu’il s’est arrêté, j’aurais voulu qu’il recommence encore. Mais je suis parvenue à prendre sur moi et j’ai simplement dit qu’il fallait retourner au bar ...
«1234...9»