1. Inceste, la réalité est encore mieux que le rêve. (6)


    datte: 11/10/2018, Catégories: Partouze, Auteur: mlkjhg39,

    Michel. -J’ai toujours adoré sucer une bite. J’adore la faire durcir dans ma bouche et la sentir m’étouffer, mais celle-ci m’excite encore plus tellement son diamètre est exceptionnel. -J’espère que tu m’autoriseras à la mettre dans mon cul, je veux la sentir s’enfoncer dans mon petit trou et m’écarteler! Et il replonge sur cette énorme friandise. Michel immobilise sa tête et doucement baise la bouche qui suce l’immense queue comme s’il baisait une chatte. Les pensés tournent dans le cerveau de Paul. « Mon dieu, il est monté comme un cheval ! Son sexe fait le double du mien et c’est bien le plus gros que je n’ai jamais sucé ! Patricia n’y tient plus et vient s’agenouiller à coté de son fils pour quémander sa part. Michel retire son chibre des lèvres de Paul pour le présenter à sa mère. Elle prend sa teub en bouche et le suce comme elle sait si bien le faire, alternant la vitesse et la tendresse, le suçant, léchant le gland violacé en laissant échapper des borborygmes. « Mmmm, glurf » assourdis par la présence incongrue de ce bélier énorme. Michel est sur un petit nuage entre ces deux bouches si différentes, celle de la mère, petite et tout en délicatesse qui compense par une science due à une longue expérience et la bouche de son fils beaucoup plus accueillante en volume permettant d’accepter son pal en entier. Ils donnent encore plus d’ardeurs à la tâche se retrouvant parfois les deux en même temps sur cette longue colonne de chair, l’un suçant le gland pendant que l’autre ...
    gobe ses œufs plein de laitance. Elle enfourne le gland dans sa bouche et essaie d’en faire entrer le plus possible, il est tellement gros qu’elle n’absorbe même pas la moitié de son monstre. -Qu’elle est grosse ta bite !...J’adore lécher cette belle sucette ! Hhhhmmm !... Il se fait sucer par deux bouches avides, la mère et le fils. Les deux suceurs lèchent maintenant ensemble le gros mandrin, leurs langues se mélangent, ils ont passé chacun un bras autour de la taille de Michel qui ne peut plus se retenir. Il explose dans leurs deux bouches accolées, ils se battent à celui qui avalera le plus de sa liqueur séminale, Patricia a le dessus et engloutit le gland d’où s’échappe de nouvelles giclées de foutre. Après ce traitement incroyable, Michel retire sa queue à peine débandée de la bouche de la mère et la met en position de levrette et sous les yeux de son fils, pose son manche sur ses fesses avant de présenter son gland à la chatte accueillante et de l’enfiler aussi loin qu’il le peut. Michel la prend, alternant les mouvements rapides et lents et ressortant de temps en temps son bélier pour que le fils de Patricia la couvre de sasalive en l’engloutissant dans sa bouche. Elle remue des hanches, projetant sa chatte sur la bite de Michel qui épouse son rythme, Paul se saisit de ses couilles et accompagne de la main la pénétration de sa mère. Michel halète la tringlant aussi fort qu’il le peut. Implacablement il projette son bassin contre les fesses de Patricia, grognant pendant ...