1. Mon fils m'a fait cocu. (3)


    datte: 11/10/2018, Catégories: Inceste, Auteur: balista,

    Le lendemain, je deviens candauliste. Au petit déjeuner, mon fils me regarde bizarrement, il faut dire que Marie-Claude n’a pas mis la sourdine quand je l’ai baisée et rebaisée. Mais enfin, c’est ma femme et il ne faudrait pas qu’il l’oublie, je veux bien être tolérant en attendant qu’il voie ailleurs que de nuit, tous les chats sont gris. Je ne peux m’empêcher de questionner : - Il y a quelque chose qui ne va pas Eric ? - Non, rien, si ce n’est que cette nuit, vous avez fait un tel chambard que j’ai eu de la peine à dormir. - J’espère que l’on sera plus discret la prochaine fois. Le soir arrivant, je trouve mes deux amours devant la télé, serrés l’un contre l’autre. Je ne fais pas de commentaires et monte avec ma serviette dans notre chambre et j’installe la caméra avec la retransmission sur mon ordi que je laisse allumé. Ce soir, ce sera rebelote, il faut que je sois sûr que cela fonctionne bien. Lorsque le tout est installé, je vais les rejoindre et demande à Marie-Claude de me faire un petit câlin et ne pas tout réserver pour Eric. Elle vient s’installer sur mes genoux et avec son cul, elle me caresse carrément le nœud. En même temps, elle me colle une galoche des plus pimentées, je reconnais que c’est pas de la crème à la vanille qui tapisse le fonds de sa gorge, mais plutôt de pruneaux humains, elle a taillé une pipe juste avant de venir me faire un frensch kiss un peu poivré. - Chérie, tes baisers sont toujours aussi savoureux, cependant j’y décèle un parfum ...
    particulier aujourd’hui. Je vois en coin que Eric devenir écarlate et pas content du tout, il part, donnant l’impression d’être fâché. - Chéri, je crois qu’il est vraiment fâché, me permets-tu d’aller le réconforter. - Mais bien sur, tu veux parfumer ta bouche à nouveau ? - Cochon va, si tu le désires. Je t’en garderai un peu pour plus tard. - J’ai l’impression que je ne suis pas le seul un peu pervers dans la maison. Plus tard dans la soirée, alors que je suis déjà au lit, ma chérie revient, avec dans sa bouche ce qu’elle a dû faire pour que le fiston puisse dormir sans trop se poser des questions. Elle m’en fait partager le contenu. Chaude comme une braise après la séance de fellation avec mon fils, elle vient se coller contre moi. - Calme mon minou, il est affreusement excité, j’ai dû me faire violence de ne pas remplacer ma bouche par autre chose. - C’est sûr ? - Tu peux vérifier par toi-même, me dit-elle en ouvrant largement ses cuisses pour laisser accès à son minou. Je ne me fais pas prier, d’un mouvement de langue résolu, je m’abreuve à sa source de bonheur quand tout à coup, je retrouve avec le goût de la cyprine, une odeur qui commence à m’être familière, le sperme de mon fils. - Salope, tu as encore forniqué avec lui avant de descendre, j’ai bien reconnu le goût. - À voir ta queue, cela ne m’a pas l’air de te sembler désagréable. Comment trouves-tu le mélange ? - Bon, mais pour équilibrer, demain, je t’en remplirai et la bouche et la boite à marmots et tu le laisseras te ...
«123»