1. Mon fils m'a fait cocu. (3)


    datte: 11/10/2018, Catégories: Inceste, Auteur: balista,

    lécher aussi la pastille. Il ne serait pas convenable qu’il n’en profite pas. - Mais tu sais, le jus de pruneaux frais est nettement meilleure que celui provenant de personnes âgées. Je ne suis pas sûr qu’il appréciera. - On en reparlera demain soir. J’ai hâte de visiter ton puits des délices pendant qu’il est bien huilé par le foutre de mon fils. C’est vraiment divin quand je me plante dans ces conditions. Tu es brûlante et demandeuse, je suis un homme comblé, malgré mon âge. À mon retour le lendemain, évidement mon premier soin, c’est d’aller voir sur l’ordi ce qu’il en est. Après la vision de nos turpitudes nocturnes, que je passe en accéléré puisque je connais, je me délecte de les voir les deux en pleine action. Je me marre en voyant la grimace d’Eric dégustant la moule de Marie-Claude empêtrée par ma semence. Le fiston a vraiment de la peine à lui lécher la pastille. J’entends. « tu aurais pu te laver avant de venir, c’est pas très bon. » « oui, mais c’est tellement jouissif, tu ne peux savoir combien j’ai joui hier soir quand il m’a bouffé la chatte qui avait tes restes, comme tu me l’avais demandé, je ne pense pas qu’il soit idiot ton père, il a bien dû sentir que c’était pas un minou bien nettoyé avant emploi. » « Tu crois qu’il sait pour nous ? » « Je ne lis pas dans ses pensées. » Après, les deux amants furent trop occupés pour continuer leur discussion. Je remarquais que Marie-Claude regardait fréquemment la caméra en faisant des clins d’œil, je pense que cette ...
    situation l’excitait autant que moi. Je n’ai pu résister de me palucher à mort. Après le souper, j’annonçais que j’avais eu une grosse journée et que j’étais crevé et je voulais aller me coucher. - Attends, je viens aussi me dit ma perverse épouse. Une fois dans la chambre, tout de suite elle me demande si le film était bon et si vraiment j’étais fatigué. Je lui répondis oui dans les deux cas. - Cela t’embêterait si j’allais un moment avec Eric ? Toutes ces histoires, cela m’excite beaucoup et si tu n’es pas là pour éteindre le feu qui me ravage, je vais me consumer. - Va ma chérie, mais en rentrant, fais-moi un petit câlin. - C’est que cela risque de durer, Eric ces temps est infatigable, si je ne l’arrêtais pas, il me baiserait en continu. - C’est beau la jeunesse. Moi par contre, si je m’alignais, c’est sûr qu’avec ton appétit sexuel actuel, j’y perdrais la santé. Je m’endormis du sommeil du juste quand je fus réveillé par une motte dégoulinante qui se pavanait devant ma figure, évidement j’ai sorti immédiatement ma langue pour déguster cette figue que j’adore, comme je l’ai supposé, elle avait des relents du sperme de mon fils. Immédiatement j’ai à nouveau la trique qui se dresse impitoyable. - Mon chéri, tu apprécies mon petit cadeau. Comment le trouves-tu ? - Viens, j’ai besoin de me vider à nouveau les couilles. - Donne encore un petit coup de serpillière, à la porte de service, je pense que tu vas aimer. Je lui obéis sans attendre et oh surprise, il dégoulinait aussi à ...