1. Croisière Scolaire (7)


    datte: 11/10/2018, Catégories: Gay, Auteur: Calinchaud,

    Le lendemain... Entrée dans la Port de Naples... Dans cette baie magnifique avec le Castel Nuovo qui le dominait au loin. Epuisé avec si peu de sommeil, corps endolori de toute part, chatte encore douloureuse par tous ces membres qui l’avaient trouée, perforée, défoncée, je ne voulais, pour rien au monde manquer cette journée, dédiée à la visite de La Solfatare, de Pompéi et d’Herculanum. Même si ma sexualité s’était débridée pendant ce voyage, même si j’avais apprécié plus que jamais ces hommes qui avaient usé, et abusé de moi tout au long de ce séjour, je voulais aussi profiter de sa culture, voir de mes yeux, les paysages que je contemplais, rêveur, dans mes livres d’Italien. Féru d’histoire, j’avais l’impression que des siècles se déroulaient devant moi. Patrick, bien que mâle hyper dominant, avait compris ma fascination, moments où la culture avait pris le pas sur le sexe, et il restait souvent à mes côtés, sagement, et souriant de voir le plaisir que je prenais à m’imprégner de ces sites si exceptionnels, si chargés de Passé. A l’inévitable boutique de souvenirs, j’ai voulu acheter un magnifique Camée, sculpté en pierre de Lave et monté sur Or pour l’offrir à ma mère... Il était magnifique, pièce quasi unique, avec ses reflets noirs, bleus et rose, mais, même si je n’avais que peu dépensé pendant le voyage, cet achat dépassait mes moyens dont je disposais... Patrick s’est approché de moi et a regardé ce Camée en même temps que moi... « Il est superbe... Pourquoi tu ...
    le regardes autant ? » « Il est vraiment magnifique... regarde ces couleurs irisées quand je le bouge... Je voudrais tant l’offrir à ma mère... » « Prends-le alors... » « Je ne peux pas, j’ai pas assez pour ça... » « Il te manque combien ? » « Je ne sais pas trop, mais au moins 30.000 Lires » 30.000 Lires, c’était pas mal à l’époque... Environ 100 Francs, je pense... Patrick s’est approché du vendeur, a discuté pas mal de temps avec lui, dans le mauvais français que parlait cet italien, et il a dardé ses yeux noirs sur lui... Le vendeur a cédé et j’ai vu un échange billets en Patrick et lui... « E un regalo » Patrick m’a regardé sans comprendre, « regalo » c’est cadeau en Italien, et là, j’ai eu droit à un paquet magnifique, que je serai fier d’offrir à ma mère... Nous sommes sortis de la boutique, mon paquet à la main... En regardant Patrick avec stupéfaction... « Tu es content ? » Nous étions en pleine rue, avec tout le monde autour de nous... Mes yeux ont parlé... « Tu sais, Mario m’a donné les clefs de la cabine qui ne sert à personne... Je veux passer la nuit avec toi... Rien que toi et moi... Tu es d’accord ? » « Tu en doutes ? » Cette superbe visite a duré toute la journée, de la Solfatare avec ses cavernes dans la roche qui puaient le souffre, ses mares d’eau grises bouillonnantes, puis Pompéi et Herculanum avec ces maisons et ces corps figés dans la lave. Nous avions mangé notre piquenique entre les deux sites... Avec... Oh... Surprise... Du poulet... Patrick à mes ...
«123»