1. randonné


    datte: 12/10/2018, Catégories: Masturbation, Auteur: winsexandwife,

    Si j’aime la rando, ce n’est pas que pour les paysages, c’est aussi pour les petites pépés perdues dans la pampa. Je les aide à monter leur campement… et je les démonte ensuite !Pas plus tard qu’en juillet dernier, je suis parti du côté des Alpes-de-Haute-Provence. En plein milieu de mon parcours, je suis tombée sur Claire, une novice de la rando. Entre son équipement tout neuf et ses coups de soleil, j’ai bien vu qu’elle était à ma portée. Et puis elle galérait grave à installer son camp, alors qu’il ne restait qu’une heure de soleil. Je suis intervenu.Claire était vraiment mignonne : une brune piquante et bien roulée, qui ne portait pas de soutif. Donc j’ai été particulièrement gentil avec elle. Après, ma technique est toujours la même : pour ne pas qu’elle s’énerve, je dis à la fille que je peux juste aider un peu (alors qu’en fait, je me tape tout le boulot). Au début, Claire a un peu maronné qu’un mec vienne lui expliquer la vie, puis elle a capitulé : sa tente n’allait pas se monter toute seule.Quinze minutes plus tard, son campement était prêt. La brunette était tout sourire et a demandé ce qu’elle pouvait faire pour me remercier. J’ai demandé très sérieusement si elle pouvait me faire faire le tour du propriétaire. Elle a ouvert de grands yeux puis elle a éclaté de rire. Et elle a surtout accepté. Une fois dans la tente, elle a fait semblant de jouer les agents immobiliers, en montrant les différents recoins et la moustiquaire comme si c’était les pièces d’un ...
    appartement. Pour sûr, c’était une marrante.J’ai joué le jeu moi aussi. Je me suis allongé en expliquant que j’avais besoin de voir si je me sentais bien dans cette nouvelle maison. Claire s’est allongée à son tour. Elle souriait. Mes doigts ont cherché les siens, et elle ne s’est pas dégagée. De mon autre main, j’ai dézippé mon short en jean et j’ai sorti mon pieu. Il était déjà dur à cause des petits seins de Claire qu’on devinait sous son marcel.J’ai guidé sa main et, rapidement, elle a commencé à me branler. Ses petits doigts tenaient fermement mon chibre et me faisait bander encore plus. Quand elle a senti ça, Claire s’est mise à quatre pattes au-dessus de ma bite et a continué à me faire coulisser tout en léchant mon bout. J’avais tellement envie qu’elle me prenne en entier que je lui ai demandé une pipe.Elle n’a pas osé tout de suite mais en lui poussant un peu la tête, elle a fini par le faire. Quel pied j’ai pris ! La garce savait y faire et avait dû passer pas mal de temps à pomper des dards. Le mien était en feu, ses coups de langue m’arrachant des jurons.Le meilleur moment ? C’est quand, elle aussi, elle a voulu sa part. Elle en avait marre de sucer (il faut dire que je lui en mettais jusqu’à la glotte et que ça devait faire mal), elle s’est allongée de nouveau. Pas égoïste pour un sou, j’ai écarté sa petite culotte et je l’ai masturbée doucement. Il faisait maintenant très chaud dans la tente.La branler m’a beaucoup plu mais elle en voulait encore. À ce stade, je lui ...
«12»