1. Big Ben Bed


    datte: 12/10/2018, Catégories: fhhh, nympho, collection, Oral, pénétratio, fsodo, totalsexe, Auteur: Patrik,

    Dans le premier épisode : «Idée de routier » Fin 2012, je fricote allègrement depuis quelques semaines avec Véronique, une libertine au sang chaud que m’offre complaisamment son mari. Une sacrée chaudasse, et pourtant j’en ai connu plus d’une avec mon métier de routier au long cours ! Je lui organise de temps à autre des « performances » et elle s’en sort toujours très bien, comme la dernière qui fut de s’occuper d’autres routiers dans une sucette géante ! Le seul ennui, quand on est l’amant d’une femme comme Véronique, est que, souvent par la suite, les autres femmes vous semblent plus fades. C’est à ceci que j’étais en train de songer tandis que je contemple Isabelle en train de dormir à mes côtés. Non, je n’ai rien à lui reprocher, je suis certain que bon nombre d’hommes voudraient l’avoir comme femme, compagne ou maîtresse, moi-même j’étais de cet avis, il y a peu de temps. D’ailleurs, ça va faire quelques années que je suis son amant occasionnel, et je n’ai pas eu à me plaindre de nos galipettes. Mais c’était avant. Quand on a la chance de mettre la main sur une belle salope, il convient de faire ce qu’il faut pour qu’elle n’aille pas trop voir ailleurs. Et avec cette histoire de routiers à satisfaire comme la dernière fois, je pense que je suis tombé sur le bon filon. Bon, ç’aurait été mieux s’il y avait eu du vrai argent en jeu, mais la loi ne plaisante pas avec ce genre de choses. Même s’il y a toujours moyen de contourner un peu les choses et dans ce domaine, je ne ...
    suis pas tombé du dernier camion ni de la dernière pluie ! Mais pour l’instant, comment satisfaire cette belle cochonne de Véro ? Un camion, un hôtel sordide, une piscine, une cabane en haut d’un arbre, avait-elle dit. Du moment qu’elle soit surprise. Je parie que son homme doit être en train de réfléchir à la même chose ! Un camion, ça, c’est facile. Un porteur, un tracteur, j’ai l’embarras du choix. Nos cabines sont très bien aménagées, mais déjà à partir de trois-quatre, on commence à se marcher sur les pieds. Un fourgon vide avec un minimum de confort, c’est moins évident. Idem pour un conteneur Je me redresse d’un coup, une idée idiote vient de me traverser l’esprit : une benne aménagée en un vaste lit ! On met plein de matelas au fond, ou plein d’oreillers, peu importe, et ça nous fait un lit gigantesque dans lequel on pourrait être facilement cinq, six ou plus ! Sans parler que ça serait original ! De plus, actuellement, il fait beau, donc c’est faisable. Reste à trouver la matière première à mettre au fond de la benne, mais ça doit se trouver. Ah mon Mimi, pour les cochonneries, tu es décidément le meilleur ! Si je le pouvais, je m’embrasserais moi-même, tellement je suis bon ! J’attends que l’heure soit un peu plus raisonnable et aussi qu’Isabelle soit partie à son travail, car je ne voudrais pas la chagriner, elle pense qu’elle est mon unique. Ça m’embêterait beaucoup de la perdre, mais je résiste difficilement à l’appel de la luxure. Je me lance en appelant Patrice, ...
«1234...11»