1. lily, jeune lesbienne coréenne


    datte: 13/10/2018, Catégories: Lesbienne, Masturbation, Auteur: style02,

    Lily est une jeune sud coréenne. Je l’ai vue pour la première fois au magasin où elle travaillait à l’époque, alors qu’elle servait des clients. Les nombreuses photos d’elle que mon compagnon -dont elle était l’ex femme- possédait encore, ont fini, à force de les regarder sans cesse, par me rendre dingue. Je ne savais m’expliquer cette sensation inhabituelle envers cette femme que, selon les conventions, j’étais sensée haïr. Je lui trouvais quelque chose de spécial, sa beauté peut-être, sa grâce sûrement, sa douceur. Ses cheveux étaient lisses et noirs de jais, ses yeux étaient marrons et en amande, son visage ovale paré d’un petit nez fin et d’une bouche en cœur, avec des lèvres pulpeuses. Elle était petite et menue. Elle n’avait pas forcément un corps qui correspondait à ce qu’on appelait communément un “corps de rêve”, mais elle savait le mettre en valeur et il était suffisamment harmonieux à mon goût pour que je puisse apprécier l’imaginer nue. Au fil du temps, je me suis rendue compte que mes sentiments pour elle allaient bien au-delà de ce qu’ils devaient être. C’est simple: elle m’obsédait.Un soir, alors que j’allais me coucher, seule chez moi, elle ne quittait pas mes pensées. Je pris encore une fois quelques photos d’elles et les regardait, admirative devant tant de beauté. C’est alors qu’il me prit une drôle de sensation au niveau du bas ventre, ce n’était pas désagréable, comme si quelque chose me chatouillait. J’avais de toute évidence, envie de me ...
    masturber.Allongée sur le dos, ma nuisette, sous laquelle j’étais nue, me permit de conduire ma main sans encombre à l’entrée de mon vagin, où je pus sentir que je mouillais abondamment. J’essuyai un peu de cette mouille avec deux de mes doigts que je portai ensuite à ma bouche afin d’en sentir l’odeur et la consistance. C’était transparent, assez épais et gluant. Je remis ma main entre mes jambes et y insérai mon index à plusieurs reprises. Puis, ma main entière effleura mon sexe. J’ai continué à me caresser ainsi pendant plusieurs secondes. Pour mieux ressentir le plaisir, j’écartai mes jambes au maximum, puis avec mon index et mon majeur, je remontai lentement jusqu’à mon clitoris, tout dur alors, et le caressai en effectuant des petits cercles en va-et-viens avec ces deux doigts, les pensées remplies de celle que mon imagination m’offrait pour ce plaisir.Tandis que mon corps se crispait, que mes yeux se fermaient, je m’abandonnais à cette agréable sensation et ne pus réprimer des cris « oh ouiiiii », « huuuum ». Quand je sentais que j’étais au bord de l’orgasme je m’arrêtai un peu, juste le temps de voir en rêve ma belle s’abandonner à moi, nue, d’imaginer combien sa peau devait être douce, et d’un coup, ce n’était plus tenable, une sensation indescriptible m’envahissait, alors je repassais rapidement mes doigts sur mon clitoris et il ne suffisait que de quelques secondes pour que mon vagin soit pris de spasmes, et qu’en plein jouissement, je lui crie « je te veux », « je t’adore », « ...
«1234»