1. Points de suspension... et fin


    datte: 17/10/2018, Catégories: fh, ff, fhh, 2couples, cocus, voisins, boitenuit, douche, Oral, 69, pénétratio, Partouze, échange, confession, Auteur: Romain,

    Résumé des épisodes précédents : Marie a voulu faire un break. On sait maintenant que si ce break lui a donné beaucoup de plaisir, il a failli mal finir. Elle a retrouvé son mari dans les bras d’une voisine. Mais ce mari n’a pas voulu pardonner si vite et elle a dû supporter l’humiliation de vivre dans la même maison que la maîtresse officielle. Pourtant le dernier soir, mari, femme et maîtresse se retrouvent dans un enchaînement de plaisirs, d’abord saphiques puis partagés à trois. _______________________ Le réveil est difficile. Ce n’est pas à proprement parler un réveil, car ce matin encore, le trio a joué sans se poser de questions. Les questions arrivent alors que Séverine est partie, laissant Jean et Marie en tête-à-tête. Ils sont pourtant chez eux, dans cette maison qu’ils retrouvent chaque année, mais tout est différent. C’est surtout Jean qui s’interroge. Pour Marie, c’est plus facile. Lorsqu’elle est arrivée, elle a découvert Séverine, une voisine de 500 km, dans son lit. Elle ne pouvait pas faire de reproches, car tout cela était de sa faute. Elle a subi et elle a bien fait, car après cet aparté si particulier avec la maîtresse de son mari, tous trois avaient eu des plaisirs bien partagés. Jean ne pose pas la question. La question à double tiroir : pourquoi es-tu partie, et pourquoi es-tu revenue ? Même s’il la posait, sa femme ne pourrait pas répondre. Expliquer qu’elle avait eu un amant, un amant plus jeune, cela encore aurait été possible. Reconnaître que ...
    cet amant l’avait subjuguée. Cela aussi était avouable, car cela justifiait qu’elle voulait passer ses vacances avec lui. Mais le reste ! Pouvoir dire qu’elle s’était laissé aller avec deux hommes suite à un strip-poker. Qu’elle y avait pris du plaisir. Qu’elle s’était réveillée avec l’idée de persévérer dans ce plaisir si particulier, avec l’un, puis avec l’autre, toujours une queue bien dure à disposition. Et tous ces fantasmes qui s’étaient cristallisés dans son cerveau perverti. Pourquoi pas deux hommes en même temps ? Et pourquoi s’arrêter à deux ? Comment décrire la honte après avoir entendu son amant parler d’elle comme une pute ? Une bourgeoise qu’il envisageait de vendre. Elle avait pété les plombs. En roulant, elle avait compris que si elle n’avait pas entendu Nils parler d’argent, elle l’aurait suivi dans ses projets. Et Séverine ! Décidément, cet été était marqué du sceau de la nouveauté. — Si on allait à la plage ? C’est ce qu’elle trouve de mieux pour rompre cette gêne qui s’installe et qui risque de déboucher sur des questions. — Bonne idée. Sans se concerter, ils se dirigent au même endroit qu’avec Séverine. « Qu’elle est belle ! » Pense Jean alors que sa femme lézarde au soleil. C’est grâce à Séverine qu’elle s’est convertie aux seins nus et à la culotte minimaliste. La compétition a du bon. Ses pensées vagabondent. Elle a maigri. Certainement pour cet amant qu’il ne connaît pas et qui l’a déçue au point de revenir, femme prodigue à qui il pardonne, ayant eu ...
«1234...19»