1. Un certain jeudi


    datte: 18/10/2018, Catégories: fh, extracon, Collègues / Travail, grossexe, Collègues / Travail, noculotte, Oral, pénétratio, bureau, Auteur: Patrik,

    Résumé des épisodes antérieurs : : Depuis qu’elle a craqué devant l’insistance de son patron et la demande de candaulisme de son mari, Sylvie a découvert que cette situation pouvait être nettement plus torride que prévu. Mais ce n’est pas toujours facile à gérer au quotidien. _____________________ J’ai encore rêvé de ma secrétaire ! Il faut dire que c’est une sacrée nana, surtout depuis que j’ai le plaisir de la baiser ! Oh oui, et ça ne fait que commencer ! Le téléphone sonne, m’arrachant de mes rêveries. J’ai bien fait de mettre un combiné dans notre chambre, ça évite de descendre. Vivement qu’on invente des téléphones qu’on puisse mettre dans sa poche ! Je décroche, je reconnais tout de suite la voix au bout du fil : c’est ma femme qui m’appelle. — Bonjour André !— Bonjour Anaïs, tu as bien dormi ?— Pas à me plaindre ! Je te le dis tout de suite avant que j’oublie : je ne rentre pas ce soir, mais demain matin.— Ah bon ? En quel honneur ?— Je t’explique : le salon se termine vers dix-huit heures, mais faut ensuite ranger divers trucs. Et je me vois mal faire ensuite trois cents kilomètres en soirée, surtout avec la lueur des phares en pleine figure !— Tu as raison, Anaïs, ce serait trop risqué. En moi-même, je pense qu’elle veut surtout avoir une nuit de plus avec son amant. Mais je suis mal placé pour lui en faire le reproche. Elle continue : — Toujours est-il que le salon se passe très bien ; j’ai décroché divers contrats pour la boîte !— Il faut dire qu’avec ton ...
    décolleté, tu marques plus de points que moi !— Gros macho ! Ne résume pas mon professionnalisme à mon seul physique !— Je sais, je sais, mais ça doit aider ! J’ai quand même pu voir le type de robe que tu as embarqué !— Comment ça ? Tu me surveilles ?— Mais non ! Tu les avais étalées sur le lit avant de partir.— Ah oui, c’est vrai Un petit silence s’installe, puis elle reprend : — André, faut qu’on fasse quelque chose, faut arrêter de faire semblant !— De quoi tu causes ?— De notre couple, voyons ! Tu sais très bien que ça ne va plus bien entre nous.— Pourtant tout allait bien avant, et je ne pense pas avoir changé depuis. J’entends un soupir au bout du fil. — Non, tu n’as pas changé, hélas. Tu as toujours ton côté mâle dominant de la troupe à vouloir tout décider.— Quand tu t’es mariée avec moi, tu étais au courant, non ? Je ne t’ai pas trompée sur la marchandise.— Je reconnais que tu as été honnête. Tu ne m’as pas caché cet aspect des choses, et je reconnais aussi que ça me plaisait bien. Mais voilà, à ton contact, j’ai pris tes tics, et je me suis affirmée grâce à la boîte.— Attends, tu es en train de me dire que si ça ne va plus, c’est à cause de la boîte et que j’aurais dû te confiner comme femme au foyer ? Elle soupire à nouveau. — Tout de suite, t’exagères ! J’ai simplement mûri. Je suis passée de la jeune fille à la femme. Et mes envies et mes besoins ont évolué.— Ah bon ?— Oh, t’inquiète pas, au lit, j’ai rien à redire !— Alors, où est le problème ?— Le problème, il est que ...
«1234...10»