1. Plâtre


    datte: 22/10/2018, Catégories: fh, freresoeur, médical, handicap, vacances, Collègues / Travail, douche, amour, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: Drulin,

    Lorsque Jérôme s’était cassé les deux avant-bras dans un accident de scooter, il ne pouvait plus faire grand-chose. Pour manger, on lui mettait de gros livres de chaque côté pour soutenir ses bras, ce qui lui permettait de porter sa bouche à sa fourchette ; pour l’ordinateur, deux doigts suffisaient, et pour la télé « le temps de cerveau disponible » n’était pas endommagé. Par contre, pour ce qui est de faire sa toilette, c’était impossible. Même pour prendre une douche où il fallait orienter le jet afin d’éviter de mouiller les plâtres. C’est Cathy, sa sœur jumelle, qui se résolut à faire la toilette de son frère. Elle avait l’habitude, ayant travaillé à l’hôpital dans le but d’être infirmière avant de changer de branche pour s’orienter dans les services d’aide à l’enfance. Cette fois, c’était son frère, mais ni l’un ni l’autre n’y voyaient un quelconque problème. Il faut dire que les deux jeunes gens de vingt ans pratiquaient le naturisme avec leurs parents depuis leur plus tendre âge. Leur mère disait même : « Vous faisiez du nudisme avant même votre naissance, puisque avec papa, mon ventre s’arrondissant, nous passions nos journées, tout nus, sur les plages de l’océan Atlantique. Dire que je n’osais pas montrer mon gros ventre et mes seins lourds alors qu’il n’y a rien de plus naturel qu’être enceinte. Lorsque je vois aujourd’hui des personnes handicapées dans les centres naturistes qui assument leur différence, je me trouve bien idiotea posteriori. » Cathy connaissait ...
    parfaitement le corps de son frère, et inversement. La pudeur n’avait aucune prise entre eux, d’autant plus que leur gémellité les rendait encore plus proches. Aussi le premier jour de cette toilette, elle arriva dans la chambre de son frère et lui dit : — Je t’aide à prendre ta douche ?— Oui, merci sœurette. Il rejeta avec les jambes sa couette de lit et apparut nu comme à sa naissance, puisqu’il dormait toujours sans pyjama. Cathy ne s’en émut pas, ayant surpris plus d’une fois son frère au saut du lit. L’inverse était vrai, car leurs chambres étaient accessibles l’une à l’autre depuis toujours et les portes en étaient rarement closes. De plus, il était fréquent, lors des vacances, qu’ils dorment dans la même pièce ou sous la même tente. Une manière de partager en commun un même lieu de vie, comme le ventre maternel avant leur naissance. Seule la vie amoureuse et sexuelle de chacun les éloignait épisodiquement et momentanément. Ils se répétaient le proverbe vietnamien : « Les frères et les sœurs sont comme les membres d’un même corps, tandis que le conjoint n’est qu’un vêtement dont on peut se séparer. » Apercevant son frère à poil devant elle ce matin-là, elle ne put s’empêcher de penser :« Mon frangin est réellement un très bel homme. » Une fois dans la salle de bain, elle mouilla le dos de son frère. Constatant qu’elle allait être trempée, elle se résolut à ôter son long tee-shirt qui lui servait de nuisette, ne portant alors pour seul vêtement qu’un string. Elle savonna ...
«1234...11»