1. La lionne, la chevrette et le guépard


    datte: 24/10/2018, Catégories: fh, inconnu, fmast, Oral, totalsexe, Auteur: Pedenn,

    Karin et Valérie étaient colocataires depuis deux ans. Karin était une très belle femme de vingt-cinq ans, grande, mince, le corps ferme et sportif. Ses seins en obus, arrogants, dévastaient la gent masculine et réduisaient leur volonté à néant. Son bas-ventre en perpétuelle demande en faisait une dévoreuse d’hommes à l’appétit inextinguible. Elle séduisait les hommes, les prenait et les jetait après un usage bref, mais intensif. Son corps, son regard, sa beauté et sa classe faisaient d’elle une reine. Valérie avait le même âge que son amie. Elle était plus petite, pas vraiment laide mais sans charme particulier. Ses fesses manquaient de fermeté et ses seins, pourtant pas très développés, étaient quelque peu affectés par la gravité terrestre. Elle aurait bien voulu avoir une vie sexuelle aussi intense que celle de son amie, mais elle n’attirait pas les hommes à femmes, les amants potentiels. Si, de temps à autre, elle avait profité de la faible résistance de quelques presque puceaux pour baiser – en général plutôt mal – sans grand plaisir, les volontaires pour l’entretien et la révision de son corps et de sa tuyauterie intime se faisaient plutôt désirer Karin ne se gênait pas pour ramener ses conquêtes à leur appartement et Valérie, plusieurs fois, avait été la voyeuse plus ou moins consentante de ses accouplements sauvages, dans pratiquement tous les coins de l’appartement, et l’auditrice des manifestations sonores du plaisir bruyant que sa coloc prenait en compagnie de ...
    l’élu du jour (ou de la nuit). Quelquefois, elle aurait bien aimé proposer de jouer en trio, mais manifestement, les amants « one shot » n’y souscrivaient pas et, de toute façon, ils auraient été bien en peine d’accepter car la bouche, les reins et le ventre de Karin les épuisaient, les vidaient de toutes leurs forces, de tous leurs sucs. Ce vendredi soir, les deux filles étaient allées boire un verre dans un bar voisin, qui venait d’ouvrir, pour marquer l’arrivée du week-end. Elles étaient assises sur un sofa, en train de siroter leur deuxième mojito en papotant tranquillement quand le regard de Karin s’alluma : elle venait de voir entrer un homme, sur lequel elle jeta immédiatement son dévolu. Cet homme, beau, grand, apparemment trentenaire, viril, brun, mince et d’apparence sportive, qui ressemblait à un Alain Delon jeune, serait à elle Elle s’imagina en train de faire l’amour avec lui, voluptueusement, et en eut l’eau à la bouche (c’est une image ). L’homme alla vers le bar, se commanda un gin-tonic et le but lentement tout en opérant du regard un 180° autour de lui. Malgré le faible éclairage de la salle, ses yeux furent happés par ceux de Karin qui le fixaient, pour le clouer sur son tabouret comme une araignée qui paralyse sa victime. Gilles avait l’expérience des femmes et il reconnut en cette femme une égale, une chattarde, comme lui était un queutard. Mais quand un éclair de briquet lui fit entrevoir, à côté de Karin, Valérie qui buvait dans l’ombre de sa souveraine, un ...
«1234»