1. J'ai envie de me gouiner (3)


    datte: 25/10/2018, Catégories: Lesbienne, Auteur: sexag,

    Ce matin j’ai donc repris mon poste au magasin en espérant voir ma patronne et peut-être m’amuser avec quelques clientes ! Mon idée de me gouiner et mes deux expériences m’ont rendue accro. Je m’habille toujours en tenue très excitante en faisant attention de ne pas trop ressembler à une pute que je suis pourtant devenue. Je ne force pas sur le maquillage d’ailleurs je trouve que la sobriété dans ce domaine est gage d’élégance. Dans la matinée, Karine, ma patronne, fait le tour des rayons. En passant près de moi elle me salut et nous échangeons quelques mots sur la journée de travail. « Bonjour Coralie. Vous allez bien ? » « Oui merci madame, j’ai reçu beaucoup de commandes, je pense refaire l’étalage » « Très bien. Je vous réunirai ce soir avant la fermeture, les trois rayons Femme, Homme et Enfant pour préparer les soldes qui commencent la semaine prochaine. » Avant de s’éloigner Karine me glisse à l’oreille : « Alors petite salope tu veux toujours que je te suce ? Moi j’ai envie de tes seins » Je n’ai pas le temps de répondre et de saisir l’occasion de lui parler de mon projet avec la cliente d’hier car une cliente s’approche pour un renseignement. Après quelques instants, Karine n’est plus là mais ces quelques paroles chuchotées m’ont tellement excité que j’éprouve un intense besoin de me caresser la chatte. Il faut dire que de mes deux expériences, j’ai été frustrée car c’est moi qui ai donné mais rien reçu. Délaissant momentanément mon poste, je me dirige vers les ...
    toilettes. Surprise, Karine en sort. « Nous nous verrons après la réunion si tu es libre » « OK, Vous m’avez tellement excité que je vais me branler en pensant à vous » Karine ne fait pas de remarque, elle effleure juste ma poitrine et sort du local. J’entre donc dans la cabine et commence mon petit travail. Mes seins sont devenus durs, sans enlever mon corsage, je me frotte contre le mur en commençant à me caresser la chatte sous ma jupe. Mes poils sont trempes. En introduisant un puis deux doigts, je recueille mon jus pour le porter à ma bouche, je mouille très fort. J’aurais dû prendre mon gode miniature que j’ai toujours dans mon sac mais en apercevant la balayette de nettoyage, me vient une idée folle. Je la saisis, la nettoie vigoureusement dans le lavabo et me l’introduis lentement dans la chatte. L’ardeur de l’envie me fait accepter une légère douleur à l’introduction mais le contact des poils de l’engin mélangés aux miens et le frottement sur mon clito me déclenchant un puissant jet de cyprine. J’accélère les vas et vient dans mon con jusqu’à m’éclater dans un délirant orgasme. Cette brève partie terminée, je rejoins tranquillement mon rayon. La journée se passe calmement, quelques ventes sans essayage . Arrive le moment de la réunion. Je demande à ma collègue voisine de jeter un coup d’œil à mon stand et me dirige vers le bureau de la patronne. Mes autres collègues sont déjà là. Karine nous explique les changements à apporter aux prix, l’utilisation de nouveaux pistolets ...
«123»