1. Sixtine


    datte: 27/10/2018, Catégories: fh, jeunes, frousses, rousseurs, inconnu, religion, hotel, amour, strip, Oral, pénétratio, init, policier, Auteur: Radagast,

    Sœur Sophie et sœur Marie faisaient la queue au guichet de l’agence de Crédit Mutuel de Lyon-Croix-Rousse, à l’angle du Boulevard de la Croix- Rousse et de la rue Duvivard. Elles venaient y déposer l’argent récolté lors de la fête organisée au profit du couvent, le couvent des Petites Sœurs des Choupinettes. Cette fête comprenait un vide-grenier, un repas payant suivi d’une prestation de la chorale des religieuses et de celle de la paroisse. Le résultat devait servir à restaurer les bâtiments. L’état des chambres et surtout les sanitaires laissant à désirer. Les deux religieuses devisaient joyeusement, car les bénéfices de cette petite sauterie dépassaient largement toutes les espérances de la congrégation. Sœur Marie, la soixantaine bien tassée, assumait fièrement son double menton, une poitrine aussi volumineuse qu’un airbag de camion de 38 tonnes et un ventre à l’avenant. D’un naturel optimiste, l’accorte sœur Marie souriait toujours. La prière lui amenait la paix et la sérénité. Sœur Sophie, quant à elle, n’était point encore religieuse, juste novice. Elle devait prononcer ses vœux dans le courant de l’année. Fille de Joseph-Adhémar et de Pauline-Xavière de la Trouille, Sixtine de la Trouille fit ses études dans des établissements catholiques privés. Bac en poche, elle avait le choix entre poursuivre des études de médecine comme son père, ou vétérinaire, elle préféra entrer dans les ordres. Profondément croyants, catholiques traditionalistes – un de la Trouille avait ...
    servi la Reine Mélisende à Jérusalem – ses parents louèrent le Seigneur en apprenant sa décision⁽¹⁾ Pourtant, nombreux furent ceux qui regrettèrent son choix. En gros tous les hommes entre quinze et cinquante ans. Ses cousins, ses oncles, ses camarades de classe, y comprit le curé de la paroisse. Car Sixtine était canon selon les dires des jeunes, une beauté pour les moins jeunes. Grande, svelte, le visage fin, presque éthéré, les lèvres délicatement ourlées, un petit nez en trompette, des yeux de biche – si tant est que les biches possédassent les yeux gris – d’adorables taches de rousseur sur les ailes du nez et les joues. Et de ravissantes fossettes sur les pommettes lorsqu’elle souriait. La pratique quotidienne de la natation lui avait donné de longues jambes musclées, une taille fine et un postérieur rebondi. Des petits seins fermes et haut placés⁽²⁾ complétaient ce délicieux tableau. Seins en forme de pommes, aux gros tétons qu’elle cachait soigneusement. En ce jour, la taille fine, les jambes musclées et les petits seins arrogants disparaissaient sous une longue robe de coton clair et un scapulaire sombre. Les longs cheveux désormais coupés courts étaient cachés par la coiffe blanche des religieuses. Ne subsistaient plus à la vue des hommes que les taches de rousseur, les timides yeux de biche, les lèvres pulpeuses et les fossettes, car sœur Sophie souriait constamment. Depuis son entrée au couvent, ce depuis deux ans, elle sortait pour la première fois. Sœur Sophie ...
«1234...9»