1. Découverte


    datte: 27/10/2018, Catégories: fh, hplusag, médical, vengeance, contrainte, facial, Oral, Oral, 69, pénétratio, fantastiqu, Auteur: Bernard Nadette,

    Bernard se réveille dans une chambre qu’il ne connaît pas. Il se rend compte qu’il est dans un hôpital. Il se demande ce que diantre il peut y faire. Il ne sent pas malade du tout. Il se redresse comme un infirmier et un médecin entrent. Après explications, il apprend qu’il est à l’hôpital depuis une semaine, sans que rien ne puisse l’éveiller et sans que les médecins, malgré de nombreux examens, ne trouvent rien d’anormal. Bien qu’il se sente parfaitement bien, on refuse de le lâcher sans de nouveaux examens, surtout que son esprit est confus quant à ce qui a précédé son hospitalisation. Bernard a faim. Malgré l’heure, on lui apporte un repas. Il déjeune de grand appétit, il trouve même le repas un peu léger. En dépit de sa semaine de repos, puisque paraît-il, il est resté huit jours endormi, sitôt le repas fini, il se sent épuisé. Il rejoint les bras de Morphée avant même que le plateau ait été débarrassé. Il se réveille une heure plus tard. Il en a assez d’être au lit. Il décide d’aller faire quelques pas dans le parc de l’hôpital. Il espère que l’air lui éclaircira l’esprit. Il se promène depuis une petite demi-heure quand arrive l’infirmière. Cette dernière lui fait reproche de son imprudence. Il ne devrait pas sortir, il doit rentrer. Il ne l’entend pas de cette oreille, se sentant fort bien. Il déclare préférer continuer sa promenade. L‘infirmière entreprend de le ramener dans sa chambre. Elle saisit fermement Bernard et entreprend de l‘entraîner vers le bâtiment. Le ...
    moment de surprise passé, Il freine, trouvant le remorquage un peu exagéré. Devant cette résistance, la jeune femme s’agace et devient fébrile. Ce que voyant, Bernard décide de ne pas continuer à mettre de la mauvaise volonté à son retour au bercail. Le métier d’infirmière est déjà suffisamment difficile, inutile d’en rajouter une couche. Tout en marchant, il discute un peu, mais sans qu’elle lâche son bras et sa main. Arrivés dans la chambre, Isabelle – c’est ainsi qu’il a appris qu’elle se nomme – continue à bavarder en lui prenant tension, température et rythme cardiaque. Pourtant elle semble à Bernard toujours stressée. Les examens terminés, elle s’éclipse. Peu après son repas est servi. Il le mange de bon appétit et lui trouve même, à nouveau, un goût de trop peu, bien que ce ne soit pas le summum du point de vue gustatif. Une fois le plateau parti, il allume la télévision pour jeter un œil aux actualités, avant de prendre le livre sur sa table de nuit. C’est « Louis XI : mythes et réalités ». Une solide étude de plus de 500 pages qu’il n’a pas encore achetée. Ce doit être Patrick qui l’a apporté, connaissant son intérêt pour ce Roi. Il a à peine commencé l’introduction que la porte s’ouvre. C’est Isabelle, l’infirmière. Bernard est étonné de la voir, car son service est fini, d’ailleurs elle est en « civil », ne portant plus la blouse de rigueur. Elle s’approche du lit visiblement quelque peu fébrile. À son approche, il sent son pouls s’accélérer. Elle arrive contre le ...
«1234...22»