1. DCT, l'agence qui met en scène vos fantasmes (2)


    datte: 01/11/2018, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: markie,

    "Dreams Come True" connaissait un léger creux d’activités depuis quelques temps. Clarisse avait eu quelques demandes mais le prix demandé pour la réalisation de ces films sur mesure avait dissuadé la plupart des acheteurs. Seul l’un d’entre eux réfléchissait encore. Le prix lui convenait mais il trouvait que l’actrice pressentie ne ressemblait pas assez à Nathalie Sandor pour laquelle il avouait une passion sans retenue et des fantasmes sans limites. On en était là. Clarisse avait beau faire le tour de son réseau, celui-ci se révélait incapable à trouver un sosie de l’actrice française. Elle tenta alors le tout pour le tout. Elle fit jouer son carnet d’adresse et contacta directement l’agent de la comédienne. Celui-ci joint par téléphone lui indiqua qu’il ne travaillait plus avec l’artiste depuis quelques années parce que celle-ci, âgée aujourd’hui de 69 ans, avait souhaité prendre du recul avec son métier. Sur l’insistance de Clarisse il consentit à lui donner le numéro de téléphone de l’actrice, tout en lui recommandant de ne pas mentionner son nom auprès de la comédienne, si jamais elle demandait de qui Clarisse tenait son numéro. Restait le plus dur à faire. Clarisse se versa un large verre de porto en réfléchissant à l’angle d’attaque. Elle se dit que si elle proposait l’affaire de but en blanc à la comédienne, celle-ci l’enverrait promener. Elle prit une grande inspiration et composa le numéro. L’actrice répondit au bout de quelques sonneries. Clarisse déclina son ...
    identité de productrice et engagea la conversation. Elle savait que son interlocutrice avait pris de la distance avec le métier mais elle lui offrait la possibilité de tourner un court-métrage grassement rémunéré. Enfin elle lui proposa un rendez-vous au Fouquet’s pour discuter plus avant si elle y voyait un intérêt. La comédienne l’écouta patiemment, lui confirma qu’elle ne tournait plus. C’était cuit. Clarisse allait raccrocher quand l’actrice lui demanda à brûle pourpoint à combien s’élevait le cachet et combien durait le tournage. Clarisse parla d’un nombre à plusieurs zéros et de deux jours maximum. L’ancienne artiste lui répondit qu’elle la recontacterait si elle souhaitait donner suite. Les dés étaient lancés, restait à savoir de quel côté ils allaient retomber. Le suspense dura trois jours, au terme desquels l’actrice passa un coup de fil à Clarisse pour lui annoncer son invitation à dîner. Rendez vous fut pris pour le vendredi suivant. On était mercredi, cela laissait deux jours à la productrice pour peaufiner son argumentation. Entre temps, elle rappela son client et le mit au courant de la situation en lui demandant jusqu’où il était prêt à aller financièrement si la vraie Nathalie Sandor acceptait son offre. Le type grimpa à un million d’euros. C’était quatre fois plus que ce que Clarisse avait proposé à l’actrice, ça ouvrait une marge de manœuvre appréciable si l’aspect financier avait une importance dans la négociation. Et justement l’argent était au cœur du sujet. ...
«1234»