1. Les douze coups de minuit


    datte: 03/11/2018, Catégories: bizarre, neuneu, fsoumise, Voyeur / Exhib / Nudisme, hmast, nopéné, pastiche, délire, humour, Auteur: Jakin,

    En cette fin d’après-midi du 31 décembre alors que la nuit commence à tomber, abrité sous sa casquette et enveloppé d’un grand manteau qui lui descend presque jusqu’aux pieds, l’homme avance, voûté, dans la lande bretonne. Avisant une petite maison couverte de chaume devant laquelle une jeune fille nourrit des poules et des canards, il s’arrête pour l’observer ; vêtue d’une large robe verte et d’un tablier blanc, son visage rond semble inexpressif.« Gniark-gniark !ricane-t-il en bavant de stupre et de luxure,encore une que je vais ajouter à mon tableau de chasse » Il s’approche d’elle, les mains dans les poches, prêt à écarter les pans de son long manteau pour exhiber sa vieille verge noueuse ; mais arrivé devant elle, Pervers Pépère – car c’est bien lui – remarque l’air niais qui s’affiche sur la face blafarde de la fille. Subodorant la naïveté de la jeune Bretonne, il renonce à son idée première pour y substituer un plan encore plus pervers. — Bonjour, jeune fille !— Euh bonjour Monsieur, répond-elle en se dandinant d’un pied sur l’autre.— Vous savez que c’est votre jour de chance ?— Ah bon ? Pourquoi ?— Eh bien, tout simplement parce que au fait, comment vous appelez-vous ?— Euh Bécassine.— Alors Bécassine, comme je vous le disais, c’est votre jour de chance parce que je suis l’Homme des Vœux !— Ah ouais ? Et alors ?— Alors ? Vous avez quand même la TSF, dans votre cambrousse, non ? Et le dimanche matin, vous écoutez bien l’émissionL’Homme des Vœux sur Radio Luxembourg ...
    ? Eh bien, c’est moi, l’Homme des Vœux. Avez-vous des capsulesBartissol à me présenter ? Je vous rappelle que chaque capsule vous rapportera cent nouveaux francs, c’est-à-dire dix mille francs ! Eh bien ?— Ah ouais, je la connais, cette émission. Alors c’est vous ? C’est bien vous qui avez un micro caché ?— Oui, Bécassine, c’est bien moi.— Ben, je voudrais le voir, pour être sûre que c’est vous. Le vieux pervers sent que l’affaire tourne à son avantage. Il écarte un pan de son manteau et dévoile sa bite en érection. La jeune fille y porte un regard intéressé. — Alors c’est ça, un micro ? Ben, je pensais pas que c’était si gros— Dis-moi, Bécassine, tu as envie de faire de la radio ? Tu veux parler dans le micro ?— Ça, j’aimerais bien essayer Quand je vais dire à mes copines que j’ai fait de la radio, elles vont être vertes de jalousie !— Alors, mets-toi bien en face, et penche-toi pour parler juste devant mon micro. Voilà Prends-le en main, et approche-toi encore un peu ; il faut que tes lèvres le touchent. La jeune bécasse prend la position demandée. — Allô, allô— Attends, il faut enlever le coupe-vent sinon ça ne va pas marcher. Alors tu le tires en arrière pour bien dégager la grosse pastille rouge. Oui, comme ça, c’est bien râle l’obscène personnage tandis que d’un œil torve il observe la gourde tirer sur son prépuce pour décalotter un gland luisant et violacé.— Allô, allô— Je n’entends rien, Bécassine. Essaie de mettre la pastille dans ta bouche.— A-ô, a-ô C’est tout ce ...
«1234»