1. Chair fraîche


    datte: 03/11/2018, Catégories: Première fois, Auteur: pompier37,

    Quand mon ami Alexandre, directeur d’un foyer pour jeunes travailleurs célibataires m’a demandé d’accueillir provisoirement un agent de sécurité de la centrale atomique voisine, j’ai hésité. Faute de place dans son foyer il a insisté et m’a promis de choisir un jeune homme bien sous tout rapport. Dès qu’une chambre se libérerait au foyer, il le reprendrait. Gina, ma jeune épouse se montra encore plus réticente que moi. Je dus faire valoir l’apport financier de ce type d’hébergement temporaire. Le loyer paierait une bonne partie de nos charges de chauffage. Trois de nos quatre chambres étant libres, nous pouvions en mettre une à la disposition d’un étranger et lui donner accès à notre cuisine d’été au rez-de chaussée sans inconvénient. Enfin selon Alexandre le jeune homme travaillait régulièrement de six à quatorze heures: il ne serait jamais seul dans la maison puisque Gina travaillait de huit heures à midi.Se présente un garçon de belle taille, aux cheveux courts et propres, très poli mais aussi très timide. Julien a entre vingt et vingt-deux ans. Il nous remercie de bien vouloir le loger, se montre content des dimensions et de l’ameublement des deux pièces, satisfait du loyer par ailleurs fixé en accord avec Alexandre et se dit tout disposé à donner un coup de main pour les travaux d’entretien de la maison ou du jardin. Gina le juge charmant et cesse ses récriminations. Bientôt elle sympathise avec l’arrivant, se fait maternelle en raison des huit ans de différence d’âge ...
    et lui offre assez régulièrement un café à 16 heures. A mon retour du travail vers 17 heures, il m’arrive de les trouver ensemble au salon, lui regardant la télévision alors que Gina repasse notre linge ou celui de Julien, désormais considéré comme membre de la famille.Ce soir là, Gina connaît un regain de passion. Après son bain elle s’est parfumée à l’ambre, a revêtu une nuisette transparente et se montre douce, caressante, amoureuse. La bouderie qui avait accompagné l’annonce de l’arrivée d’un hôte est oubliée. Elle prend l’initiative, m’embrasse avec ferveur, se couche sur moi, me retire mon pyjama, saisit mon sexe, le caresse, le prend en bouche, le traite royalement de la langue et des lèvres. Comme par miracle je retrouve l’épouse ardente, attentionnée. La routine avait un peu émoussé les élans des premières années de mariage. Je suis heureux de constater l’influence bénéfique de la présence d’un autre mâle sous notre toit. La succion dure, je suis aspiré au fond de la gorge dans un lac de salive, pressé entre les lèvres, frotté à l’intérieur des joues. Son nez collé aux poils de mon pubis envoie sur mon ventre un souffle chaud. De la main droite elle masse la base de mon sexe pour le maintenir droit et fort.Elle se couche sur le dos, remonte ses talons à la limite des globes de ses fesses, genoux relevés et largement écartés, offerte, vulve béante, à la pénétration. Je m’installe en elle, me repose sur le moelleux coussin de son corps puis relève mon bassin et commence ...
«1234...»