1. Trail en famille. 4


    datte: 04/11/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Mlkjhg39,

    Petite balade en montagne.4 (Ces événements se sont déroulés dans le beau département du Jura.) Comme tous les ans je vais encore passer les vacances de la Toussaint chez mes grands parents avec toute la Grande famille. -Bon, je crois que ça suffira pour la première fois, jette Julie, mais il va falloir que tu mettes un peu plus du tiens la prochaine fois. Et on a encore des choses à te faire découvrir .. Suite. Après de telles dépenses d’énergie, nous avons dormi comme des marmottes, notre loir entre nous devant le feu qui c’est éteint tout doucement pendant la nuit. Et comme ça commence à devenir une habitude, inconsciemment nous nous sommes serrés les un(e)s contre les autres pour nous tenir chaud et au petit matin nous formions un tableau digne de Rubens : Les trois nymphes encerclant de leurs bras un jeune faune au sexe gonflé. Bien-sûr ! On aurait pu reprendre les choses là où elles s’étaient arrêtées. Mais un reste de mauvaise conscience et de principes nous ont retenus. Qu’avons-nous fait cette nuit ? Une véritable orgie entre cousins ! Nous avons passé la journée à vaquer aux diverses tâches de la vie en groupe et à faire une petite balade autour du chalet, histoire que Charles recharge bien ses batteries et qu’il imprime bien ce qu’il a vécu hier. Et j’espère que cette fois, il sera un peu plus actif. Nous avons aussi récupéré nos petites affaires que tante Claire nous a amené à midi. Quand le moment tant attendu est enfin venu, c’est à qui aura un gage pour la ...
    lenteur de l’effeuillage. En moins de temps qu’il m’en a fallu pour taper cette phrase, nous nous retrouvons tous les quatre en tenue de combat, c'est-à-dire à poil. Julie prend aussitôt la direction des choses : -Tu sais ce qui t’attends, Charles, une bonne séance de rasage ! Mais pour faciliter la chose, il serait préférable que ce tuyau mou se transforme en un beau gourdin bien raide. Pendant qu’elle parlait, ses mains avaient commencé le travail préparatoire en astiquant son poireau. La réaction est beaucoup plus rapide qu’hier soir et de nouveau devant nos yeux, la croissance exponentielle a fait de ce zizi sans intérêt un champignon trop vite monté avec son énorme chapeau. -Annie. Passe-moi la crème épilatoire pour ses bourses pendant qu’Anya mettra de la crème à raser sur son bas-ventre et sa tige ! Toutes heureuses de participer, nous nous employons avec ardeur à appliquer nos produits. -Annie ! Reprend Julie, masse avec plus de vigueur ses couilles pour bien faire pénétrer et toi Anya, n’en profite pas trop pour le branler ! Bien. En attendant que la lotion agisse, je vais commencer par le raser. Elle sort alors un rasoir jetable de sa trousse de toilette et s’attèle à la tâche. Elle tient dans sa main gauche le gland trigonocéphale et d’un geste sûr, remonte du bas en haut l’outil tranchant sur la peau délicate. Charles n’en mène pas large et un rictus déforme sa bouche. Mais comme si elle avait fait ça toute sa vie, elle accomplit son travail sans coup-férir à pars ...
«1234»