1. Dentelles et Troubadours


    datte: 04/11/2018, Catégories: fh, Collègues / Travail, amour, BDSM / Fétichisme, entreseins, Oral, Oral, pénétratio, humour, policier, Auteur: Radagast,

    La jeune femme rentrait chez elle. Son pas vif et nerveux claquait sur les pavés fraîchement rénovés de la rue. Sa veste longue et brune lui battait les mollets serrés dans de hautes bottes noires, un bonnet cachait en partie sa crinière blonde, le col d’un gros pull montait sous son menton, des panaches de vapeur s’échappaient de ses lèvres. Le brouillard rendait toute chose inquiétante, une poubelle, un panneau de signalisation devenaient des ombres menaçantes. Les réverbères peinaient à percer cette purée de pois, ils n’étaient que des îlots de lumière jaunâtres dans la nuit sinistre. Elle se retournait fréquemment depuis quelques minutes, il lui semblait que des pas venaient s’ajouter aux siens, telles des ombres de sons. Au début elle n’y prêta guère attention, un autre travailleur rentrant tard chez lui, après une dure journée de labeur. Mais ces bruits semblaient la suivre et se rapprochaient insensiblement, elle en était certaine. Son suiveur calquait son pas sur le sien, accélérait lorsqu’elle forçait l’allure et s’arrêtait lorsqu’elle ralentissait. Pourquoi devait-elle finir si tard, alors que ne circulaient plus ni bus ni métro, et bien évidemment, personne de la boîte pour la raccompagner ? Elle se trouvait à une centaine de mètres de son appartement, bientôt elle y serait à l’abri. Son suiveur trébucha sur une bouteille qui roula, tressauta sur la chaussée inégale. Le bruit résonna dans toute la rue, ricochant sur les murs. Un chat surpris se sauva en miaulant, ...
    lemeuww furieux du petit félin la fit trembler. Elle se mit à courir, glissant sur les pavés, elle ouvrit son sac, cherchant son portable et ses clefs. Elle ne trouva ni l’un ni les autres. Une main s’abattit sur son épaule, elle se retourna en poussant un cri, elle vit celui qui lui agrippait le bras. — Que voul Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase. Une matraque l’atteignit à la tempe. ~o~~o~~o~~o~ La jolie blonde fusilla son interlocuteur de ses beaux yeux verts. Sa poitrine opulente mit en joue le flic. Si la situation n’avait été si dramatique, elle eût rit du malaise de l’homme. Elle le regardait blêmir alors qu’il approchait. — Mama dada dame, nous vouvou Le flic bégayait, transpirait, son adjoint vint à la rescousse. — Madame Chacal, vous êtes placée en garde à vue pour le meurtre de votre mari. Il lui passa les menottes. Passer les bracelets à une présentatrice vedette de la télé devenait son plus haut fait d’armes. Le policier stressé se passa les mains sur le visage, désemparé. — Quand cela finira-t-il ? ~o~~o~~o~~o~ Le capitaine Valentin Van-De-Vlonck terminait le compte-rendu sur cette enquête avant de transmettre au juge d’instruction. Laurence Chacal venait d’avouer le meurtre de son mari, aidée de son amant. Une nouvelle réussite pour Valentin Van-De-Vlonck et sa célèbre équipe de la Crim de la 3e DPJ de Paris, qui venait d’investir les nouveaux locaux du quartier des Batignolles. Van-De-Vlonck, appelé aussi V-d-V, grand flic par la taille et le talent, ...
«1234...23»