1. Une collègue bien envahissante (2)


    datte: 04/11/2018, Catégories: Partouze, Auteur: bdsmvar,

    Sandra ramena un sac de sport qu’ils avaient ramenés lorsqu’ils étaient arrivés. Je n’y avais pas prêté attention. Elle le posa sur la table du salon et commença a déballer son contenu. Je ne voyais pas tout mais le peu que j’observais ne me disait rien qui vaille. Des gods, des plugs et des objets dont je ne pouvais même dire à quoi il servait. Elle pris une laisse, un collier de chien et une cravache pour revenir vers moi. "C’est mon moment préférée quand la personne prend conscience de sa place, qu’elle se rend compte que c’est une pauvre merde. Et là te faire ça à toi, le pied ! Déjà que je me tape ton mari dans ton dos alors là te transformer en pute soumise c’est le scénario rêvé" Elle m’enfila le collier autour du cou, puis y attacha la laisse. Je me concentrais pour ne pas laisser monter cette excitation horrible qui arrivait. Je me sentais déjà si honteuse, alors sentir du plaisir par rapport à ça ne faisait que rajouter de la honte à ça, ce qui faisait un cercle vicieux. Au fond de moi je connais ce sentiment qui me faisait honte, je le refoulais depuis tant d’année. Je me rappelle que déjà au étant jeune lors de plusieurs situations très embarrassantes Comme au lycée ou je m’étais retrouvé en string, seins à l’air devant tous les garçons de ma classe dans le vestiaire. A ce moment là j’avais ressenti ce frisson de plaisir, d’excitation. Je me faisais tellement honte que je me forçais à ne jamais y penser. "Bien désormais tu t’appelleras lassie c’est un bon nom ...
    pour un animal de compagnie." Elle commença à marcher dans la maison pour me promener en laisse. On faisait le tour du salon avant de sortir. Il faisait froid j’avais la chair de poule sur tout le corps elle me faisait me déplacer sur des petits cailloux, c’était tellement désagréable au possible. On s’arrêta dans l’herbe. "Ce qui va se passer c’est simple je vais te mettre plus bas que terre, te briser, casser en toi toute résistance. Quand j’en aurais fini tu ne seras plus qu’un objet de plaisir, de service qui n fera plus qu’exécuter les ordres et n’aura pour seul but que de servir ses Maîtres. Maintenant pisse comme une chienne" Son ordre me terrifia j’avais beau réaliser ce qui m’arrivait les sévices que je découvrais au fur et à mesure je ne les imaginais pas. Ces quelques secondes d’hésitation m’auront valu un énorme coup de cravache sur mon cul. Je poussa un cri et par réflexe me frotta la fesse à l’endroit de l’impact. Grosse erreur... Elle planta son talon dans mon dos tout en tirant la laisse vers le haut et me dit de dégager ma main. "Sale chienne de merde t’as rien compris en fait. De un quand je te dis quelque chose tu l’exécutes sans attendre et réfléchir ! Ensuite t’as déjà vu une chienne se frotter le cul avec sa main ?! Non, et toi tu es quoi ? Une putain de chienne ! Refais ça encore une fois et tu le regretteras" S’en suivirent 5 coups de cravache sur chaque fesse. Je retenais au maximum mes cris de douleur. D’autant qu’ils s’entremêlaient avec des petits ...
«123»