1. Les Héritières (1)


    datte: 05/11/2018, Catégories: Lesbienne, Auteur: Orchidée,

    1 Dans le vif du sujet – Par ici, clama guillerette l’assistante de la directrice, on se dépêche. Les pensionnaires se pressèrent dans le dortoir meublé à l’ancienne où huit espaces personnels équipés d’une petite armoire, d’une table de chevet et d’un lit s’alignaient de chaque côté de l’allée centrale. Cette promotion allait étrenner les matelas aux nouvelles dimensions ; les 120 x 190 cm remplaçaient les 90 x 190 cm jugés peu appropriés « Aux travaux pratiques » se plut à penser Emmy. – Posez les bagages à votre emplacement, vous rangerez vos affaires plus tard. Nous avons encore plein de choses à voir. L’assistante détailla les étudiantes avec intérêt, une nouvelle session amenait toujours son lot de surprises, bonnes ou très bonnes. Les semaines à venir lui permettraient de se pencher sur chaque cas en particulier. – Le petit-déjeuner est servi de 7 h 30 à 9 heures et les cours commencent à 10, gérez au mieux votre réveil mais n’oubliez pas de vous ménager un peu de temps de sommeil, souligna-t-elle d’une voix lourde de sous-entendu. La remarque amusa les filles à la poursuite de leur guide dans la pièce contigüe où des exclamations succédèrent aux éclats de rire. – La salle de bain, précisa Emmy par réflexe. La ligne continue des lavabos accolés les uns aux autres n’avait rien de singulier dans l’espace consacré à la toilette d’un internat, le côté opposé surprenait davantage. Les pommeaux au plafond espacés de moins d’un mètre, aucune cloison ni rideau de séparation ...
    n’offrait le minimum d’intimité attendu. L’obligation de prendre sa douche en commun souleva quelques avis partagés, vite remplacés par les remarques au sujet des deux immenses jacuzzis pour bains à remous qui complétaient l’équipement. Seules six cabines alignées à l’entrée de la salle étaient munies d’une porte. « Les WC sont là. » conclut Saejin attentive au moindre détail. – On va bien s’éclater, lui glissa à l’oreille une brunette délurée au sourire carnassier. Tu viens d’où ? – De Paris – Je vous en prie, mesdemoiselles, reprit Emmy charitable, vous aurez amplement le temps de faire connaissance. Le dîner est servi. Elle entraîna ses protégées par un large escalier tournant jusqu’au rez-de-chaussée du bâtiment à un étage remis à neuf au printemps. L’évolution permanente des normes de sécurité en vigueur obligeait à des travaux réguliers ; par chance, l’université était vide de toute présence les deux tiers de l’année. La disposition du réfectoire derrière une porte vitrée opaque n’était pas sans rappeler la salle à manger du château de Poudlard de la saga « Harry Potter ». – Asseyez-vous, leur signifia l’assistante avant de rejoindre les autres professeurs et la surveillante. Les six femmes assises côte-à-côte à une longue table sur l’estrade laissèrent les pensionnaires s’installer selon leur bon vouloir en contrebas. – Hum ! Le raclement de gorge imposa le silence. Les cheveux noirs coupés à la garçonne, le regard sombre pénétrant, la célèbre quarantenaire au charme ...
«1234...8»