1. Tout en douceur !


    datte: 05/11/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: MaîtreChat,

    À l'instant où je franchissais la porte de mon hôtel tu en sortais - Ah tu es là ! je suis venue te chercher pour boire un verre et on vient juste de me dire que tu n'étais pas arrivé - Comme tu vois ! Je viens juste de quitter le bureau " - "Du coup nous allons pouvoir y aller - Oui, mais si tu permets, je vais poser ma sacoche et me changer - Je t'attends là " - Non, monte avec moi, comme ça nous pourrons discuter Nous nous dirigeons vers l'ascenseur en bavardant et tu me racontes ta journée au salon. Nous rions ensemble car tu as parfois à faire ave de drôles de phénomènes Arrivés à ma chambre je te laisse passer devant, mais je ne peux m'empêcher de poser un petit baiser dans tes cheveux en te disant que tu sens bon. Tu souris et tu répliques : - "C'est pour plaire à mon satyre préféré " Nous rions de bon cœur et en t'échappant en souplesse tu vas t'asseoir dans le large fauteuil de cuir près de la table de travail. J'ouvre le placard et sors une chemise et un pantalon de toile claire car il fait une chaleur presque étouffante. J'accroche ma veste dans la penderie et dépose ma mallette dessous puis je commence à poser ma chemise. - Houla ! c'est chaud là voilà que tu me fais un strip tease ! - Ne suis-je pas un satyre ? Et en plus ça n'est sans doute pas pour te déplaire - Cher ami, je ne suis pas comme ça, je suis une femme mariée - Tu fais bien de me le rappeler, j'avais complètement oublié ce petit détail - Je ne pense pas que mon époux voie ça comme un petit ...
    détail - Ah bon, alors, si tu t'inquiètes de l'avis de ce brave homme alors, nous sommes mal partis Nous avons éclaté de rire et j'ai détaché ma ceinture de pantalon en venant onduler juste devant toi. Lorsque le zip de ma braguette a été descendu, j'ai laissé glisser mon pantalon le long de mes jambes puis je l'ai poussé plus loin du bout de mon pied. Tu m'as examiné en détail et j'ai tourné sur moi-même en balançant les hanches. Quand je me suis à nouveau trouvé face à toi tu m'as dit : - J'aime beaucoup ton corps tu es un athlète - Presque ! un retraité qui a fait un peu de sport serait beaucoup plus adapté - Non je t'assure, tu as des cuisses musclées et des pecs - Et des abdominaux de chez Bavaria - C'est vrai que tu n'as pas les tablettes de chocolat, mais c'est pas ce que je te demande, ça serait mal venu de ma part - Tu aimes mes cuisses ? moi aussi j'aime les tiennes Je me suis approché un peu plus et je me suis agenouillé devant toi. En te regardant dans les yeux, j'ai passé mes mains sous ta jolie robe et je les ai fait glisser sur l'extérieur de tes cuisses en entrainant le tissu chatoyant. Tu as pris un air outré et tu m'as dit : - Allons, allons, ceci n'est pas très sérieux Lorsque mes doigts sont arrivés sur la ceinture de ta culotte en dentelle, je les ai fait passer sur tes fesses et tu t'es légèrement soulevée du siège pour me signifier ton accord. J'ai fait glisser la lingerie pourpre plus bas que tes genoux et d'un coup de pied tu l'as envoyée rejoindre mon ...
«123»