1. Filles de rêve


    datte: 06/11/2018, Catégories: fffh, inconnu, vacances, voiture, intermast, Oral, Auteur: PapaTangoCharlie,

    Je ne sais pas comment j’ai pu me retrouver sur cette route déserte ni depuis combien de temps je marche, mais mon sac à dos commence à me peser. Qu’importe ! Il fait un temps superbe et le soleil au zénith inonde ce paysage infini de champs de blé. Un vent chaud caresse mes jambes nues et vient se glisser sous ma chemise ouverte, me procurant un bien-être sans pareil. La vie est belle ! Trois voitures seulement sont passées depuis que je marche, mais aucune ne s’est arrêtée. Maintenant, je commence à fatiguer un peu et j’aimerais bien me reposer dans le siège cuir d’une superbe berline Non, là je rêve. Les bourgeois ne prennent pas les auto-stoppeurs. Mais je m’en moque, la moindre Twingo, même déglinguée, ferait l’affaire. Pourvu que je me repose et que j’arrive ce soir au bord de la mer. Tout à coup, je perçois le bruit d’un moteur venant derrière moi. Enfin ! Ça doit faire une demi-heure que je n’ai croisé âme qui vive. La voiture est encore loin mais se rapproche à vive allure et je me dis que celui-là est bien trop pressé pour s’arrêter. Sans conviction, je tends mon pouce à tout hasard, sans même me retourner. J’entends alors un grand coup de freins accompagné de crissements de pneus et, à ma grande surprise, la voiture s’arrête à ma hauteur. Et ce n’est pas une Twingo déglinguée, mais une confortable berline blanche de marque allemande. La vitre côté passager descend et m’apparaît un joli visage féminin dont les longs cheveux blonds jouent dans le vent. — Salut, me ...
    dit-elle avec un sourire. Tu vas où ? Ce tutoiement spontané me surprend beaucoup, mais je feins de ne pas y prêter attention. — Je vais à La Rochelle.— Ah, bah ça alors ! On peut dire que t’as de la chance, on y va aussi ! Mets ton sac dans le coffre et monte à l’arrière. Je ne me fais pas prier ; je jette mon sac où il m’a été indiqué et je m’installe sur la banquette arrière. À côté de moi est assise une autre jeune femme, également aux longs cheveux, mais brune celle-là, tout aussi jeune et jolie que la passagère. Au volant, une blonde aux cheveux courts, dont je croise le regard dans le rétroviseur sans pouvoir vraiment lui donner d’âge. — Je vous remercie. Vous m’enlevez une épine du pied. Il ne passe pas beaucoup de monde par-là et je marche depuis un moment.— Qu’est-ce que tu fais sur cette route ? T’es en vacances ? me demande la conductrice. Je reste étonné de ce tutoiement désinvolte et insistant que mon éducation aurait tendance à réprouver. Il va pourtant bien falloir que je me mette au diapason. Je leur raconte donc mon histoire, que je vais passer quinze jours en camping à l’île de Ré et que je fais du stop pour faire des économies, etc., etc. — Et t’es tout seul ? me demande ma voisine de banquette.— Non. En fait, je vais retrouver des copains là-bas.— Célibataire ? continue-t-elle d’une voix curieusement chaude.— Oui, pourquoi ?— Tes copains aussi ?— Oui, aussi. On est quatre célibataires ; pourquoi ?— Wouah ! s’écrie-t-elle à l’adresse de ses copines. Puis se ...
«1234...8»