1. Des vacances et des épreuves (1)


    datte: 06/11/2018, Catégories: Gay, Auteur: pascaline46,

    Je venais de rompre avec carole, belle noiraude pulpeuse mais au caractère irascible, quand je décidai de partir prendre quelques jours de repos dans le sud du pays afin d’évacuer toutes ces émotions négatives dues à la séparation houleuse dont Carole fut, à mon avis, la responsable. Nous étions très complice, autant sentimentalement que sexuellement, et j’avais du mal à accepter le fait de me retrouver seul dans mon lit alors que je savais pertinemment que mon ex avait déjà un autre bonhomme sous la couette à ce moment-là. Bref, je ruminais ce déboire à 300km d’elle, dans un petit bungalow situé au bord d’une rivière où le ruissellement continu de celui-ci m’aidait à apaiser mes nerfs. J’avais loué pour 10 jours. Le premier matin, je me réveillai avec le chant des oiseaux ; un peu bougon, sans érection (alors que je bandais chaque jour du temps de Carole), je me traîne jusqu’à la terrasse commune où, à force de café et fruits frais, je reprends forme et réfléchis sur ce que j’allais faire quand un couple d’hommes me demandèrent de s’assoir à ma table. Je leur réponds d’un ton un peu brusque de « sale gosse » par l’affirmative. Gênés par mon attitude, ils décident de choisir une autre place. Ignorant ce fait je continue mon régime caféiné et nicotinier en décidant qu’un bon bouquin au bord de l’eau sera le projet du jour et m’en vais dans la petite boutique acheter un livre, reviens au bungalow pour prendre quelques affaires et m’en vais à la recherche d’un coin tranquille ...
    où je pourrai savourer ma lecture. Le site est splendide, l’eau est transparente bien qu’assez fraîche. Je pique une tête pour me laver l’esprit. L’eau me vivifie et je commence à me sentir mieux. De retour à la berge, remarquant qu’il n’y a personne alentour, il me vient l’idée de faire tomber mon slip. Retour à la nature, alors vive la nudité ! C’est donc à poil que je m’enduis de crème et m’étends sur le dos, lunettes de soleil sur le nez pour commencer ma lecture. Le temps se dilate, mon esprit s’échappe dans les méandres de ma lecture en finissant par m’endormir. Carole revient en rêve frotter ses magnifiques seins sur mon corps, me chevaucher, telle une amazone sauvage et insatiable. Je me réveille, incrédule, me rappelant où je suis réellement. Deux hommes font bronzette non loin de moi. Ils me rappellent quelque chose mais n’arrive pas à les remettre. Je les vois rire et pouffer comme le font les homos, trouve leur attitude stupide (j’ai jamais aimé les gays), et c’est en me relevant pour trouver une clope dans mes affaires que je remarque que je bande comme un âne !! Voilà donc pourquoi ces deux tapettes pouffaient comme des dindes ! Mon premier réflexe a été de me cacher le sexe non sans sentir une certaine honte d’avoir à mon insu exhiber mon phallus dressé devant eux. La rage s’empare de moi, arrache mes affaires et leur fait un doigt d’honneur avant de partir dans mon bungalow. A peine rentré, je me masturbe frénétiquement en me souvenant du rêve encore présent. ...
«123»