1. Un petit boulot de chantier (1)


    datte: 06/11/2018, Catégories: Gay, Auteur: bdsmvar,

    Franck prenait tranquillement sa douche, finissant de se raser la barbe, laissant alors son corps totalement lisse. Lui qui avait longtemps été bisexuel avait ses derniers temps pris un gros penchant pour l’homosexualité. La vue de poil sur son corps lui donnant l’impression de perdre ce côté féminin de son corps. Il avait un physique assez classique, mais l’absence de muscles sur le haut du corps et des hanches féminines lui valait souvent d’être pris de dos pour une fille, malgré ses cheveux courts. Que ce soit avec les filles ou les hommes, il n’avait jamais été quelqu’un de très entreprenant, encore moins dominant. Il se laissait souvent porter par les relations. Souvent des histoires de cul d’ailleurs, jamais de véritable relation longue. Ses derniers temps il était plus attiré par des hommes virils que de jolies femmes libertines. En ce moment il est en vacance, alors son rythme de vie est celui d’un jeune de son âge, 19 ans, il sort tard le soir, se lève tard l’après-midi. Avec en plus un temps passé sous la douche assez impressionnant. Ce mercredi alors qu’il sort de la douche, il aperçoit par le grand velux qui illumine la salle de bain, des reflets du soleil sur le chantier de la grande antenne relais. Sachant pertinemment que l’ennui allait accompagner son après-midi, il décidait d’aller chercher des jumelles dans sa chambre pour voir ce qui se passait sur le chantier. Et là surprise ! Dans les lentilles de ses jumelles il voit distinctement quatre ouvriers sur la ...
    plate-forme, deux travaillant. Les deux autres étaient eux aussi avec des jumelles cherchant apparemment à se rincer l’œil sur les maisons environnantes. Et là ils étaient clairement arrêtés sur le velux de la salle de bain. Franck dans un mouvement de surprise laissa tomber les jumelles. Se rendant compte qu’il était totalement nu. Il enfila une serviette sans trop savoir pourquoi, puis repris les jumelles. L’ouvrier voyant qu’il avait repris le contact visuel prit un bout de bois sur lequel il écrivait « Tel ». Quelque peu circonspect mais curieux il partait chercher son téléphone, et une feuille sur laquelle il indiquait, son numéro, prenant soin d’écrire assez gros. Il montrait alors la feuille au Velux. Immédiatement son téléphone sonnait. « Dégage-moi ta serviette tapette », ce fut les paroles que Franck entendait à peine après avoir décroché le téléphone. Sans répondre quoi que ce soit, il s’exécutait et se retrouvait à nouveau nu face à eux. « Mets le téléphone sur haut-parleur et tourne toi ». Pierre obéissait une nouvelle fois, sans broncher. — A quatre pattes PD, plus cambré que ça ! Pierre qui n’avait pas encore parlé entendait les ouvriers qui demandaient à prendre les jumelles pour voir ce qu’il se passait. « On se demande pourquoi on t’a donné une bite t’es bonne qu’à te faire baiser, tu marques ton adresse sur le papier et tu m’attends dehors dans 10 minutes, tu monteras à l’arrière de la camionnette. Et que ce soit maintenant ou tout à l’heure je ne veux pas ...
«123»