1. Mes cousines Muriel et Sophie, et leur maman Geneviève (1)


    datte: 06/11/2018, Catégories: Inceste, Auteur: sifeminin,

    Salut c’est votre folle de lycra. Je suis Franck à l’époque je venais d’avoir 18 ans et ma mère, Christiane, ne savait plus quoi faire de moi, tant j’étais un bon à rien. Il avait été convenu que je passerai les mois de juin juillet et août chez ma tante Geneviève qui a deux filles Sophie et Muriel. Au fond de moi, j’étais très heureux car je trouvais la maman comme les filles très mignonnes ; mes cousines ayant juste un an et deux ans de plus que moi. Cela m’a fait tout drôle quand elles sont venues me chercher car cela faisait un an que je ne les avais pas vues et elles étaient encore plus belles que l’année précédente. Ma maman aussi était très belle et voilà bien longtemps que j’avais pris l’habitude d’aller me faire un petit plaisir dans ses petites culottes souillées. Je pense que Christiane était trop gentille avec moi et n’arrivait pas à se faire respecter, mon père nous avait quittés alors que je savais à peine marcher, je n’en ai qu’un très vague souvenir ; pour ne pas dire aucun. C’est quand même avec un petit pincement au cœur que j’ai quitté ma maman pour trois mois, un dernier gros câlin et je me retrouvais dans la voiture de Geneviève direction son domicile. Je savais pertinemment qu’à mon retour de chez Geneviève il allait falloir que je rentre dans le droit chemin en classe ou que je rentre dans la vie active. Nous étions tous les quatre dans la voiture, Muriel et Sophie étaient à l’arrière avec moi, coincé entre ces deux superbes jeunes femmes j’étais ...
    déjà aux anges. Il faisait chaud, j’étais en short et mes deux cousines avaient des jupes assez courtes, nos cuisses étaient en contact et cela ne me laissait pas indifférent. Bien que faisant un mètre soixante-dix-huit, les trois femmes étaient plus grandes que moi et des sportives confirmées dans le domaine du basket. Geneviève me mettait facilement quatre centimètres dans la vue et ses filles m’en mettaient six ou sept. Il m’est souvent arrivé de tirer sur l’élastique en pensant à mes cousines tout comme à ma tante, les lignes de Christiane me plaisaient aussi énormément mais j’étais un peu gêné de jouir en pensant à ma mère. Au bout d’une demi-heure de route, sous les contacts des cuisses de mes cousines, mon érection commençait à bien se montrer et il me restait encore deux heures à rester collé entre les deux sœurs. — Ta maman a besoin d’un peu de repos, car tu lui mènes un peu la vie dure. — Tu vas passer trois mois avec nous et j’espère que tout se passera bien. — Je suis sûre que tout va bien se passer, Muriel, Sophie et moi allons mettre du nôtre pour que tu te sentes bien parmi nous. Voilà comment Geneviève me présentait mes trois mois de vacances chez elle. Bien que nous ne nous voyons pas énormément avec mes cousines, nous étions assez complices et nous nous envoyons souvent des SMS et communiquions par internet. Elles avaient des petits copains mais cela ne durait jamais bien longtemps car les études et le sport passaient toujours bien avant. À l’arrière dans la ...
«1234...7»