1. Nostalgie de vacance


    datte: 07/11/2018, Catégories: Partouze, Sexe interracial, Auteur: pompier37,

    - Quand est-ce que nous pourrons partir en vacances avec les enfants Gérald ??- Pas encore cette année Audrey, mais l’année prochaine un crédit va s’arrêter- J’en ai marre de rester à la maison faire la boniche- Tu te souviens cette petite plage il y a cinq ans ?- Si je m’en souviens ? notre fils est là pour nous le rappeler- C’est vrai qu’il a été conçu sur cette plage- Et dans quelles circonstances … mon dieu j’aurais pu avoir un enfant noir …- Quelle journée ! jamais je ne t’ai fait aussi intensément l’amour ce soir là- C’est la première fois que je pratiquais le naturisme- Tu as aimé apparemment !- Arrête j’ai honte de ce que j’ai fait ! de ce que tu m’as fait faire …- C’est vrai, c’est moi qui ai démarré en te passant de la crème solaire- Je me souviens lorsque tu as retiré le bas de mon maillot- Tu n’as pas dit non !- Si j’avais su que nous étions épiés je n’aurais certainement pas accepté- Quand tu t’en es aperçue c’était trop tard tu étais irrémédiablement chaude !- Oui mais de là à me laisser toucher par ce black …- Il était jeune il était beau et surtout … bien membré, tu aurais aimé la prendre dans la chatte !- Heureusement qu’il a refusé de me prendre parce que nous n’avions pas de préservatif car j’étais en pleine ovulation et complètement ouverte, tu nous vois avec un enfant noir ? qu’aurais pensé la famille ?- HOULALA ! c’est donc moi qui ai éteint l’incendie qui couvait en toi, il a fallu que je m’y reprenne à plusieurs reprises !- A ce moment-là je ne me ...
    souviens plus l’ordre des choses- L’ordre des choses ? tu masturbais le black sur tes seins pendant que je te faisais l’amour à te faire péter la chatte- Je n’étais plus moi-même j’aurais accepté n’importe quoi- Et moi je donnerais n’importe quoi pour revivre ces instants- Hélas …- tu sais quoi ? nous ne pouvons pas partir huit jours avec les mômes mais un weekend tous les deux c’est possible, je donne les enfants à mes parents et je réserve une nuit a l’hôtel- Où ça ?- Là où nous étions cette fameuse journée, il y a un petit hôtel charmant près de la plage- Je n’ai plus rien à me mettre- Un rien te suffira, voilà le planning que je propose : samedi matin shopping sur place, tu te dégotte un mini bikini et une petite robe de plage- J’emmène quand même des sous-vêtements- NON !! pas de vêtements superflus, surtout pas de soutient gorge, malgré tes deux grossesses tes nichons se tiennent tout seuls !- D’accord mais pas de mecs à coller à nos basques- … D’accord …- Tu sais quoi chéri ?- Non ?- Je mouille !- Allons tout de suite soigner ça dans la chambre !Audrey s’est démenée sous moi comme une chienne en chaleur, je la soupçonne de s’être remémorée ce fameux après-midi, ça me réconforte car je pense qu’elle est toujours partante pour des galipettes érotiquesLe samedi suivant nous faisons les seuls soixante kilomètres qui nous séparent de cette bourgade balnéaire, j’avais réservé la dernière chambre qui leur restait, le peu de bagages montés nous déambulons sur le petit marché local ...
«1234»