1. Dresser son mari : la punition


    datte: 07/11/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, BDSM / Fétichisme, Tabou, Auteur: andrea380,

    L'éducation de mon mari est jalonnée de réussites mais aussi d'échecs. Malheureusement, il arrive encore que mon mâle s'affranchisse des règles inculquées et se laisse aller à des comportements que je ne peux plus admettre aujourd’hui.Le week-end dernier, lors d'un apéritif dînatoire chez des amis, il fut accosté par une de ses anciennes amies pendant que je discutais avec un groupe de personne.Cette dernière, aidée par l'alcool, commença à le draguer de manière ostentatoire malgré ma présence dans la salle.Je les observais discrètement, mon mari paraissait ravi, il semblait avoir oublié tous les principes élémentaires acquis ces derniers mois, et surtout qu’il avait une ceinture de chasteté sur sa queue.Après une bonne vingtaine de minutes, mon mari me rejoignit, avec un sourire fier et stupide.Je ne laissais rien transparaître qui aurait pu évoquer de la colère, j'attendais de voir s'il avait une excuse à me présenter pour ce qui s'était passé mais il n'en fut rien.Je l'enjoignais de rentrer, ce que nous fumes immédiatement.Durant le voyage du retour, il me parla enfin de le teneur de la discussion avec son amie.Il s'agissait de banalités sans intérêts pour moi. Son sourire qui accompagnait son récit commençait à m'agacer. Mais surtout il n'y avait pas la moindre culpabilité dans ses paroles. Tout était normal selon lui.J'étais excédée mais je contenais ma colère. J'attendais de mettre les choses au clair à notre arrivée chez nous.A peine, venions-nous de franchir le pas ...
    de notre porte, je lui ordonnai de se déshabiller entièrement.Il s’exécuta sans avoir l’air inquiet. Dès qu’il fut nu, je récupérai la clé autour de ma cheville et lui retirai sa ceinture de chasteté. J'avais mon idée derrière la tête.Il bandait fort. Cela me surpris car je lui avais vidé les couilles dans l'après midi mais peut-être était-il encore sous l'effet de cette petite garce.Cette reflexion me fit perdre totalement le contrôle de mes nerfs. Brusquement je le lui attrapai les couilles en les remontant le plus haut possible.Il poussa un minable gémissement en se mettant sur la pointe des pieds pour accompagner au mieux mon mouvement vertical.- Je suis désolée, mais ce soir tu mérites une correction. Tu sais pourtant que je déteste devoir utiliser la force mais je n'ai vraiment pas le choix.Je renforçai ma pression sur ses testicules. Cette fois il poussa un cri qui m'incita à le lâcher. Il tomba à mes pieds en se tenant ses couilles endolories.Je le soupçonnais cependant de feindre de manière trop ostentatoire la douleur afin de gagner mon indulgence. La correction ne devait pas en rester là, il s'était comporté comme un gougeâtil méritait une correction en conséquence. Je devais frapper là où un homme est le plus vulnérable.Je l'attrapai par les cheveux- maintenant tu vas te mettre à quatre pattes, en présentant à ta maîtresse tes petites couilles.Il s’exécuta. Par une pression avec mon pied, je luis fis coller son front sur le sol.- Veux-tu lever tes fesses et écarter ...
«123»