1. Le square de la Porte de Saint-Cloud


    datte: 07/11/2018, Catégories: inconnu, grossexe, bizarre, jardin, cérébral, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, fmast, hmast, nopéné, confession, occasion, couple+h, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, lieuxpubl, Auteur: Général Hiver,

    l’entraîner vers la sortie lorsque finalement je l’arrêtai devant cet homme ; après tout, j’y voyais quelque intérêt ! C. ne disait rien mais son regard était déjà aimanté par le mouvement de sa main droite qui montait et descendait sur son pieu Se sachant enfin observé, le type dégagea largement son pénis à notre vue, et je dois admettre que la Nature l’avait très généreusement doté ! Si je ne suis pas orienté sur les hommes, je dois admettre que ce membre était de toute beauté, tout en longueur et zébré de veines apparentes. Et cela n’avait visiblement pas échappé à C. dont le regard suivait de près ce spectacle ! Pas rassurée, ou plutôt mal à l’aise, elle me serrait fort la main. Difficile de mesurer l’écoulement du temps dans ces conditions Au bout d’un vingtaine de secondes probablement, je me libérai de la main de mon épouse et me plaçai derrière elle, mes mains sur ses épaules. Je soufflai dans son cou : — Tu aimes ? Elle ne me répondit pas. Mes mains descendirent sur son ventre tandis que je me collais plus fortement contre elle et je réitérai ma question : — Tu aimes ? Ça t’excite ? Elle me répondit laconiquement « oui », comme si je la dérangeais. Conforté, j’ajoutai : — Tu aimes que ce type se branle devant toi, pour toi ? Je caressais son ventre et remontai empoigner ses seins. — Ça t’excite grave de voir ça ? C’est la première fois que tu vois une autre bite que la mienne ! À nouveau je n’eus pour seule réponse qu’un « oui » assez distrait tant elle était ...
    attentive à la masturbation de l’inconnu qui, lui, plongeait désormais ouvertement son regard dans le sien comme pour la défier. Ce type avait une trentaine d’années et était l’exact opposé de ce que l’on imaginerait d’un exhibitionniste. À se demander s’il n’était pas pris d’une pulsion soudaine. Il était brun, assez fin, je dirais 1,85 m, les yeux bleus et un visage relativement quelconque. Des cheveux assez courts. Il portait un joli costume bleu, bien taillé. Ce type ne venait pas de nulle part. Tout se bousculait dans ma tête : les lectures de récits érotiques que je lisais pour moi ou pour émoustiller C., mes propres envies et fantasmes, ceux que je prêtais à mon épouse. Que faire ? Deux choix se présentèrent alors : le premier était de le regarder finir et de partir. Pour C. comme pour moi, c’était la première fois que nous assistions à un tel spectacle, qui n’était pas sans m’exciter, bien qu’étant un homme. Je choisis résolument une autre alternative et lui dis de façon autoritaire : — Je veux que tu te caresses devant lui ! Je la sentis réticente, c’est pourquoi mes mains descendirent vers son bas-ventre, que j’imaginais empli de papillons et de picotements, et se mirent à parcourir son mont de Vénus et pressurer sa vulve. — Tu sens comme je bande dans ton dos ? Tu sens ma bite dure ? La situation semblait comme imposer un tel vocabulaire qui n’est pourtant pas dans mes habitudes. Devant l’absence de réaction de sa part (elle était captivée par le spectacle), je pris ses ...