1. Le square de la Porte de Saint-Cloud


    datte: 07/11/2018, Catégories: inconnu, grossexe, bizarre, jardin, cérébral, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, fmast, hmast, nopéné, confession, occasion, couple+h, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, lieuxpubl, Auteur: Général Hiver,

    pour C. Ce spectacle provoqua une telle excitation en elle qu’elle ne put résister plus longtemps. Plus qu’un spectacle, cette semence qui était répandue sur elle était bien concrète. Dans leurs mouvements, ses doigts étalaient le foutre sur son ventre et sa toison ; elle en entraînait même une partie dans son vagin. Elle en enduisit son clitoris pour adoucir ses caresses et elle cria enfin son orgasme en un son primal et puissamment rauque. Ce fut un spectacle inimaginable et qui alla bien au-delà de mes attentes et de ce qu’elle aurait imaginé faire un jour. N’ayant connu que moi, c’était la première fois qu’elle voyait un sexe autre que le mien dressé devant elle, et c’était la première fois qu’elle était en contact avec un sperme autre que le mien également. Il se peut que j’exagère cet aspect-là des choses ? Le sperme avait-il un pouvoir envoûtant, excitant sur elle ? Et puis était-ce vraiment la seule verge autre que la mienne qui lui avait été donnée à voir ? L’excitation retomba d’un coup sur ses jambes pantelantes et son corps rincé par l’extase. Elle finit par lâcher : — Oh, c’était bon, c’était bon! Quelle putain de bite il a c’est incomparable avec toi ! Je ne la reconnaissais pas dans ces paroles, mais je crus reconnaître ou déceler cette C. qu’elle dissimulait et étouffait en elle depuis toujours. À voir si cette diablesse qui était sortie de sa boîte allait y rentrer aussitôt pour ne plus jamais en sortir ? Je rabaissai sa robe sur ses hanches et elle ...
    remonta sa culotte sur son sexe souillé. Le type était déjà parti et nous pressions le pas pour rentrer à l’appartement. Vite une douche ! Nous ne nous sommes pas parlé sur le chemin qui nous séparait de l’appartement. Immédiatement après sa douche, nous avons fait l’amour comme jamais et je la bombardai de questions : — Tu as trouvé comment sa bite ? Tu aurais aimé la sucer ? Tu aurais aimé qu’il te l’enfonce jusqu’à la garde, qu’il déverse tout son sperme en toi ? Elle répondit positivement d’un signe de la tête un peu gêné. Oui, elle avait mouillé d’envie de la sucer, de la branler certainement et de la sentir la pénétrer au plus profond de son ventre. Aurait-elle aimé sentir ce type pulser son liquide blanchâtre en elle ? Oui, elle avait été impressionnée par ce membre et cette éjaculation hors norme. Je crus sentir une pointe de regret que cela n’ait pas eu lieu. Cela redoubla mon ardeur à la limer. Elle soufflait de plus en plus bruyamment. Nous avons joui, enlacés. Elle se sentait bien ; contrairement à ce que je craignais, elle assumait sans la moindre culpabilité cet événement, et surtout ce plaisir nouveau, cette immense décharge d’adrénaline. Nous nous endormîmes doucement et je pensai aux perspectives que cette soirée nous ouvrirait peut-être ; un verrou avait-il sauté en elle ? Voudrait-t-elle aller plus loin, ou dans son esprit s’agissait-il d’un événement unique qui n’était pas appelé à se renouveler ? Le voulait-on seulement ? Seule l’extrême rareté de ce genre ...