1. Le goût de l'exhibition


    datte: 08/11/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, Première fois, Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: Natass55,

    père nous observait, en fumant sereinement sa cigarette pendant que ses enfants attaquaient un jeu d’escalade. Son regard était plutôt pesant et mon amie me le faisait remarquer. J’étais d’accord avec elle, je lui susurre une idée pour lui faire tourner la tête vers ses enfants… ou pas. Je sais pertinemment que beaucoup de personnes qui vous dévisagent sont soumises à une gêne lorsque vous répondez à ce regard appuyé par un bonjour bruyant ou tout autre geste déstabilisant.Comme à l’accoutumée depuis plusieurs mois maintenant, je n’étais vêtue que d’une simple robe fluide, portée à même le corps, corps oint de crème pour ne pas que la robe colle. Une de ces légères crèmes à l’odeur acidulée qui attire le regard. J’émets donc l’idée à mon amie de me lever de ce banc collé à la table en soulevant la jambe vers notre observateur. Me connaissant, elle sourit en rougissant légèrement. Action. Je me lève vers les enfants, et notre homme est bouche bée ; il s’empourpre et détourne aussitôt le regard. Maintenant, c’est moi que le fixe, je vais vers les enfants et je simule la personne intéressée par tout autre chose. Les yeux de notre observateur ne sait où se poser… son regard devient hagard. Ma langue s’échauffe, je salive, le bruit des enfants devient sourd et j’entre dans ma bulle. Il a vu, il a vu mon petit minou imberbe, frais et rasé de près. Mes tétons commencent à durcir. Je ne sais pourquoi, je me dirige vers le toboggan, je regarde mon amie en souriant, elle me sourit ...
    aussi et baisse les yeux… elle a compris.Je monte ces quelques marches, la bise s’engouffre sous ma robe, mon duvet se dresse, mes seins pointent. Je m’assieds, l’acier au contact de mes fesses est brûlant, je plie mes genoux. Tous ceux qui me regardent devinent que je n’ai pas de culotte, mais peu observent, ils sont occupés avec leur progéniture. L’homme m’observe, droit là où il faut, mon amie aussi, tout sourire. Je marque un temps d’arrêt et je glisse sur ce toboggan en m’esclaffant. La robe remonte et j’arrive en bas à vingt centimètre du sol, la vue est totale sur mon anatomie. L’homme est pourpre, je ne vois plus que lui et mon amie en arrière-plan. Le temps s’arrête, je me relève et courre vers la table en rigolant. Je me rassois. L’homme se lève, va chercher ses enfants, passe à côté de nous et nous souhaite une bonne après-midi –à vous aussi merci- dis-je en tirant discrètement sur ma robe qu’il puisse voir mes seins en contre-plongée. Il sourit. Ce fût agréable.J’indique à mon amie que la situation m’a excité. Quelle surprise, elle me dit qu’elle aussi et nous discutons. Je lui explique que j’adore cela et que c’est d’une grande excitation. Vient la question qui tue : Yann est au courant ? Plus ou moins répondis-je de manière anecdotique. Nous laissons les enfants jouer et décidons de marcher un peu dans le jardin découverte. Nous y sommes seules. Je lui narre tout ce que je viens de vous raconter quant à ce goût. Et à en parler depuis quinze minute, je lui pose la ...