1. Une négociation hors de contrôle


    datte: 08/11/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, Hardcore, Partouze, Auteur: tirkhard,

    Cette histoire est une fiction.Une négociation hors de contrôle.Je m’appelle Céline. J’ai trente ans, tout comme mon ami d’enfance, Eric, avec lequel j’ai fondé une entreprise. Si au début notre carnet de commandes n’a eu de cesse de se remplir depuis quelque temps nous rencontrons des difficultés. Nous avons privilégié des produits de qualités et cela coûte cher, trop, au goût des plus en plus de nos clients qui préfèrent avoir moins bien pour moins cher.L’histoire que je vais vous raconter remonte à un peu moins d’un an. À cette époque, notre société se trouvait dans une situation des plus critiques.Ce jour-là, je rentre dans le bureau que je partage avec Eric. Il est au téléphone. Il a une mine de déterré. Je n’entends que les derniers mots de la conversation, mais je n’aie pas de doute sur sa nature. Eric raccroche.— C’était la société Roll, dit-il d’une voix lasse.— Il nous félicite pour nos produits, mais ils ont signé ailleurs. C’est bien ça ?— Oui.— Allez, ne fais pas cette tête, ça va aller. On va s’en sortir.— Tu as lu les chiffres du comptable. C’était notre dernier espoir.— Ne dit pas ça, il reste encore la société Pine.— Et comment comptes-tu les convaincre ? Leur patron n’avait pas l’air emballé par notre offre.— Tu te trompes, il buvait chacun de mes mots quand nous nous sommes vus.— Ce n’est pas ce que tu lui disais qu’il la fait te fixer ainsi, mais tes seins.— J’avais remarqué, ne t’en fais pas. C’est pour ça que je me dis que si nous l’invitions pour un ...
    repas d’affaires et que je me mettais en valeur je pourrais le retourner.— Et si jamais il veut plus que voir ton décolleté ?— On improvisera.— Céline. Tu es folle.Je ne laisse pas le temps à Eric de me convaincre que je suis folle. Je prends le téléphone et invite le patron de la société Pine, Pierre, à dîner. Il accepte sans trop se faire prier.— Voilà, c’est réglé, dis-je fière de moi.— Tu viens de faire une connerie.— Mais non. Bon, je règle deux ou trois affaires puis je m’en vais. Tu passeras me prendre ce soir chez moi à dix-neuf heures.Je quitte le bureau plus tôt chez moi pour me faire la plus belle possible et faire tourner la tête à notre acheteur.Après une bonne douche, je me maquille et me parfume puis je vais devant ma garde-robe. Je reste un instant devant le miroir de ma penderie pour admirer mon corps. C’est vrai que je ne me suis pas encore décrite. Je suis brune, aux yeux verts, plutôt petite. J’ai des seins ronds et fermes et des fesses bien rebondies. J’essaie plusieurs tenues avant de poser mon dévolu sur une robe noire en soie fine qui épouse parfaitement les courbes de mon corps. J’essaie plusieurs sous-vêtements pour aller avec. Je devrais rester prudente et jouer la sécurité, mais cette robe est mieux sans rien en haut et je décide finalement de mettre toutes les chances de mon côté. Je ne porterais pas de soutien-gorge ce soir, je peux me le permettre avec ma poitrine qui se tient toujours aussi fièrement. Vu la profondeur du décolleté, notre client ne ...
«1234...8»