1. Une négociation hors de contrôle


    datte: 08/11/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, Hardcore, Partouze, Auteur: tirkhard,

    téléphone. Il le sort. Discrètement je me penche vers lui pour lire le nom de son correspondant. Je me raidis. Eric comprend tout de suite ce qui se passe. Le nom qui vient de s’afficher est celui de l’un de nos concurrents.— Excusez-moi, dit Pierre.Il se lève et s’éloigne pour pouvoir décrocher.— Merde, on y était presque.— Avec lequel de nos concurrents il parle ? s’inquiète Eric.— Bollet.— Alors c’est foutu.C’est vrai que ce concurrent nous a toujours enlevé tous nos clients. On ne peut jamais soutenir la comparaison au niveau des prix.Après dix minutes, une éternité pour ce genre d’appel, Pierre revient enfin à notre table— Devons-nous nous inquiéter pour cet appel ? demandé-je.— Je suis désolé. Je crains que nous devions mettre un terme à nos discussions.Eric baisse la tête, vaincue. Moi, je refuse de déjà renoncer. Tant pis, je joue le tout pour le tout.— En êtes-vous certain ?Je pose ma main sur la cuisse de Pierre et remonte lentement. Je m’arrête juste avant d’aller trop loin. Il me fixe en souriant, visiblement enchanté de cette initiative.— Auriez-vous un dernier argument à faire valoir ?— Non, répond Eric.— Je ne suis pas de cet avis, dis-je en dévisageant Eric avant de me retourner vers Pierre pour lui lancer mon regard le plus aguicheur. Je suis certaine que nous pouvons arriver à un accord.Cette fois, je pose carrément ma main sur son entrejambe. Son pantalon est déformé par une énorme bosse.— Céline. Arrête.— Veuillez nous excuser un instant.— Un instant ...
    seulement, alors.Je me lève et emmène Eric avec moi jusqu’aux toilettes.— Qu’est-ce que tu me fais ? Je peux le convaincre.— Il va te sauter !— Et alors ? Je couche avec qui je veux. Si mon cul peut sauver notre boite et nos employés ce n’est pas cher payé.— Non. Pas ça, Céline.Eric tente de me convaincre pendant cinq bonnes minutes. En vain. J’ai pris ma décision.— Promets-moi au moins de m’appeler si quoi que ce soit se passe mal. Je resterais toute la nuit dans ma voiture jusqu’à ce que tu sois de retour chez toi.— Promis.Je dépose un baiser sur sa joue. Je suis flattée et rassurée par son empressement à me protéger. Ce n’est pas mon meilleur ami pour rien.Nous retournons à notre table.— Vous êtes-vous mis d’accord ?— Oui. Que diriez-vous de poursuivre notre entretien dans un lieu plus intime ?— Excellente idée.Pierre me lance un regard carnassier qui me fait frissonner. Il se lève et passe sa main autour de mes fesses qu’il serre fermement. Nous quittons le restaurant, laissant Eric derrière nous pour payer.— Où êtes-vous garé ? demandé-je.— Ne soyez pas si pressé. Eric n’est pas encore là.Pourquoi parle-t-il encore d’Eric ? Je ne comprends pas où il veut en venir.Eric sort. Il est tout aussi surpris que moi de nous voir encore là.— Bien nous pouvons y aller, déclare Pierre. Allons à votre voiture.Nous rejoignons donc tous la voiture d’Eric. Je monte à l’arrière avec Pierre. Nous prenons la route de son hôtel. Alors que je m’étais attendu à ce qu’il se jette sur moi, Pierre ...
«1234...8»