1. Une négociation hors de contrôle


    datte: 08/11/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, Hardcore, Partouze, Auteur: tirkhard,

    chance.— Parfait, commente Pierre quand Eric lui présente ma bouche béante. Pas une goutte à côté. Maintenant, à vous.Eric le regarde d’un œil incrédule. Moi, je suis toujours dans un état second après ce que je viens de subir et ne comprends rien à ce qu’il se passe.— Fourrez votre pieux au fond de sa bouche et baisez-la de toutes vos forces jusqu’à gicler. Et dépêchez-vous.Sans beaucoup d’hésitation de sa part, Eric présente son sexe redevenu mou devant ma bouche et s’y enfonce. Je suis encore sous le choc de la jouissance de Pierre et reste sans réaction. Cela n’empêche pas Eric de remuer en moi et de rapidement rebander. Son sexe devient vite dur comme du béton. Il ne me ménage pas. Je n’arrive pas à savoir si c’est pour prouver à Pierre quelque chose ou bien si tout compte fait la situation ne l’excite pas. Heureusement pour moi, le sexe d’Eric est plus petit, quoique de bonne taille, et me lime moins profondément la gorge.Je reprends doucement vie sous les assauts pourtant virils de mon ami. Eric devient comme fou quand je lève les yeux vers lui et que nos regards se croisent. Il voit que j’aime ça, que j’aime l’avoir en ...
    moi, que j’aime lui être offerte ainsi.— Ah ! Céline ! Céline !Il accélère encore ses coups de reins. Il me met au supplice. Un supplice délicieux. Nous ne sommes plus que tous les deux. Je suis bien. Je sens que ma chatte se liquéfie de nouveau. Hélas, Eric atteint ses limites bien plus rapidement que Pierre et je n’ai pas le temps d’atteindre l’orgasme. Il se fige en moi, sa queue enfoncée en entier dans ma bouche, et explose.— Céline !Son éjaculation est bien moins copieuse, mais je savoure son sperme avec délice. Malgré notre situation, je suis heureuse qu’il se soulage en moi.— Eh bien, quel spectacle, dit Pierre en nous applaudissant.Eric me libère. Il semble mal à l’aise et fâché de s’être laissé emporter ainsi devant lui. Il est temps que je mette un terme à ce jeu malsain.— Maintenant, il est temps de respecter notre marché.— Oh, il y a un malentendu ma très chère Céline. Nous n’en sommes qu’au début de nos négociations. Je ne signerais votre contrat que demain, après que votre associé et moi ayons profité de chacun de vos orifices.Eric et moi nous échangeons un regard désespéré. Ce salaud nous a toujours à sa merci.Suite ?
«12...5678»