1. Microfictions : 3- Le cerisier


    datte: 08/11/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Micky,

    Comme chaque année au mois de juin, à l'apparition des premières chaleurs et des premières cerises, José se réjouissait. Il allait pouvoir sacrifier à un de ses petits plaisirs saisonniers : monter incognito dans son cerisier au fond de son jardin, revêtu de sa tenue de chasseur façon camouflage, afin de disposer d'une vue plongeante sur la piscine de ses voisins, les Moreau, et surplomber ainsi la haute palissade de bois qui séparait les deux propriétés. Agés d'une petite cinquantaine d'années, Sandrine et Rémi Moreau étaient en effet adeptes du naturisme et même un peu plus que cela. José les avait déjà surpris en pleine partie de baise au bord de leur piscine et c'est ce spectacle rare et précieux qu'il guettait désormais, armé d'une paire de jumelles pour les gros plans et d'un harnais de sécurité pour ne pas tomber de l'arbre en pleine masturbation. Il était monté le samedi précédent, en vain. Le couple avait déambulé en maillot de bain avec ses deux grands enfants. Mais il avait entendu ces deux derniers partir sur leur scooter et il espérait que la liberté des parents irait dans son sens ce dimanche après-midi très ensoleillé. Il était donc monté dans son arbre en début d'après-midi et dégustait quelques cerises, attendant son heure. Il n'eut pas à attendre trop longtemps. Sandrine Moreau, grande perche blonde aux cheveux mi-longs, genre l'actrice Sandrine Kiberlain, sortit de son habitation avec un bob, des lunettes noires, un magazine, une bouteille d'eau et une ...
    serviette de bain. Complètement à poil. José régla ses jumelles sur son pubis taillé en ticket de métro, ses seins légèrement tombants et ses fesses bien rondes, dévoilant en se penchant en avant un anus presque rose. Elle s'installa sur le bain de soleil, à quelques mètres en plongée du cerisier, presqu'en face de lui, si bien qu'il pouvait zoomer sur sa chatte comme si elle était à portée de son doigt. Elle commença à feuilleter son magazine, buvant de temps à autre à la bouteille posée à côté d'elle. Puis Rémi Moreau apparut. Costaud, le Rémi. Genre Bruce Willis. 1,90m, 100 kg au moins, le type de gars à ne pas tomber dans les pattes en train de mater sa femme. D'où les précautions de José. Lui aussi était à poil, ce qui était le cas de le dire vu l'abondance de son système pileux. Il s'installa à côté de son épouse sur un autre bain de soleil, étalant aux jumelles de José l'abondance de ses organes génitaux. "Putain, il est équipé le mec, elle doit pas s'embêter la Sandrine. Pourvu qu'ils n'aient pas déjà baisé, ou qu'ils en aient envie maintenant", se disait José dans son cerisier. Il s'arma donc de patience pendant que le couple prenait les UV, l'une lisant, l'autre somnolant. Cela menaçait de durer et José se demandait s'il n'allait pas perdre bêtement son après-midi. C'est alors que Rémi Moreau commença à prendre son sexe dans ses doigts et à le caresser légèrement pendant qu'il sommeillait. "Il rêve à des trucs", se dit José. Puis la main libre de l'homme s'évada vers la ...
«1234»