1. Le club des nymphes - tome II (6)


    datte: 08/11/2018, Catégories: Hétéro, Auteur: Nkari,

    dans sa chatte. Comme c’est jouissif ! La vapeur grimpe ; je suis bientôt en surchauffe. Mon disjoncteur saute et je perds les commandes. Je ne réponds plus de moi et la baise frénétiquement et de façon saccadée. La machine s’emballe. Cette garce me faisait tellement envie que maintenant que je l’ai j’en perds mon self-control. Cette fois, c’est bon, j’atteins l’orgasme et vide les soupapes entre ses reins dans un cri d’extase. Je m’allonge de tout mon long, fier de m’être enfin taper ma fillote. En revanche, cette dernière se relève et commence à se rhabiller. Tiens D’habitude, c’est plutôt aux hommes de quitter le navire une fois qu’ils ont eu ce qu’ils désirent. Elle ne va pas me faire ce coup-là, quand même ? — Que fais-tu ? lui demandé-je. — Il est tard ; je vais rentrer chez moi. — Tu peux rester si tu veux. — Non, c’est bon, je préfère rentrer. Je me lève à mon tour, et tandis qu’elle tente de passer la porte de la chambre, je la bloque avec la main. Je me plaque contre Morgane, respire son odeur, et d’une voix sensuelle mais néanmoins impérieuse lui dis : — Allez, reste cette nuit : c’est un ordre de ton président. On peut encore s’amuser ensemble. — D’accord, cède-t-elle. Mais pas plus d’une nuit : il faut que je ne parte pas trop tard demain matin. Victoire ! Croyait-elle vraiment qu’elle allait m’échapper tout de suite ? Maintenant que je l’ai, je n’ai pas envie de la lâcher. Elle est maintenant à moi. Elle passe donc la nuit chez moi où je la baise une nouvelle ...
    fois. Elle ne prend, ce coup-ci, aucune commande et me laisse diriger la machine comme bon me semble. Je profite donc et la baise dans le silence. Nous nous endormons peu après, chacun de son côté du lit. Il y avait malheureusement trop longtemps que je n’avais pas partagé mon lit avec une compagnie féminine. *** Nous sommes réveillés à l’aube par les rayons de lumière qui percent les volets. Je lui souhaite un bonjour qu’elle ne semble pas entendre. Au lieu de ça, elle est prête à partir mais je lui attrape le poignet. — Lâche-moi, se plaint-elle. Je t’ai dit qu’il fallait que j’y aille. — C’est bon, lui souris-je. Tu n’es pas à cinq minutes près — Nathan, s’il te plaît, je dois y aller. — OK, mais avant je voudrais que tu me montres ce que tu sais faire avec ta bouche. Elle tire un grand coup, ce qui me fait lâcher prise. Elle prend ses habits et commence à les enfiler. Je me lève et l’enveloppe de mes bras, la queue raide pointant sur son cul. — Regarde dans quel état je me réveille ; tu ne vas pas me laisser comme ça, n’est-ce-pas ? Allez, montre à ton cher parrain comment tu suces. Allez, montre-moi que tu m’appartiens désormais. Agenouille-toi devant ton parrain. Je me frotte contre son cul et lui palpe un sein. Ma respiration dans son cou, je la sens hésiter. Elle finit cette fois encore par céder. Hé-hé, je savais qu’elle ne pouvait pas me résister ! Elle se retourne, se met à genoux, prend mon sexe en main et le masturbe lentement. Elle met un long moment avant de se ...
«1234...»