1. Un coup rapide à Saint-Denis


    datte: 08/11/2018, Catégories: Anal, Gay, Auteur: Carpe-_-Diem,

    folle.Tout cela me met dans un état de tension telle qu’il faut absolument que je trouve un partenaire. Comme il n’y a toujours personne, ni à gauche, ni à droite, je décide de rejoindre ma deuxième escale.Je choisis la cabine numéro sept que je sais assez grande. Le film au programme montre plusieurs hommes faisant l’amour avec un couple de naines. Je descends et fait un premier tour de repérage dans les salons. Déception, pas de Claude, pas de partenaire déjà rencontré, pas de couple. Je rentre dans ma cabine et je commence à me branler doucement. Je sens que je ne vais pas résister longtemps. Je ressors faire un tour dans le salon du fond. J’y repère un homme, pas mal, assis, qui se caresse discrètement. Je m’approche. Je mets la main dans la poche de mon pantalon et je me caresse à côté de lui puis je retourne dans ma cabine. Je m’assoie, sort ma bite et la caresse. A l’écran, deux des hommes sont en train de baiser une des naines. Un est sur le dos, la naine a sa bite dans la chatte. L’autre l’encule. Je suis très excité. Tout doucement la porte de ma cabine s’ouvre et je vois l’homme que j’ai repéré debout, qui regarde l’écran et qui me regarde me caresser. Je continue à me branler et j’ouvre un peu plus mon pantalon. Il peut voir mon string et mon porte-jarretelles. Il sort un peu plus sa bite qui m’apparaît de bonne taille et bien bandante. Je le regarde et j’approche ma main pour le caresser. Il semble d’accord, entre dans la cabine et ferme la porte. Il me dit ...
    :« tu as un joli string ; tu dois être une bonne salope », puis« ma bite te plais ? Tu veux la sucer ? »Je murmure :« oui, j’ai très envie de ta grosse bite. »Je me déshabille, ne gardant que les bas, le porte-jarretelles et le string d'où je sors complètement ma bite et mes couilles pour me branler. Lui retire son pantalon et son slip. Je vois sa bite qui est bien raide, avec un beau gland décalotté rose et lisse. Je n’y tiens plus. Je lui dis :« je veux ta grosse queue, je veux ton foutre, je veux que tu me jouisses dessus. »Je prends sa bite dans ma bouche et très vite, j’ai de la bave plein la bouche. J’en laisse couler sur ses couilles que je malaxe avec ma main gauche, pendant qu’avec la droite je me pince les tétons. Il me dit :« je vais te faire les seins petite salope, pendant que tu me suceras et que tu te branleras. Je veux que tu jouisses en même temps que moi. Allez, vas-y, petite pute, suce-moi bien la pine. »Fou de désir, je m’exécute. Je me branle ; ma queue est très grosse et pleine. Je tends mon cul en arrière au maximum comme pour me faire enculer. Pendant ce temps, lui me fait les seins ; il me pince bien les tétons comme j’aime. Je gémis :« Ah, c’est bon, vas-y. Je sens ton foutre qui monte. Tes couilles sont pleines. Donne-moi ton foutre. Jouis-moi sur la gueule. »Je le sens prêt à exploser. Je gémis de plus en plus.« Ah, encore, enfonce ta bite au fond de ma gorge. Je vais jouir. Regarde comme je bande. Regarde comme mon cul demande une bite. Vas-y, ...