1. Une sœur, une mère (3)


    datte: 08/11/2018, Catégories: Inceste, Auteur: Diane007,

    Enfin nous l’apercevons avec sa petite valise dans la file des voyageurs en arrivage. Elle est toute joyeuse, elle nous a repérés aussi. Mais c’est ma mère qui est plus rapide pour rejoindre l’arrivante. Embrassades, puis discours à voix basse. Elles me jettent les deux un coup d’œil : des paroles que je ne dois certainement pas entendre ! Puis enfin, ça y est, je les rejoins, je serre contre moi ma sœur qui s’exclame en me reniflant bruyamment : — Toi, tu sens la peinture ! Devant mon air désemparé, c’est ma mère qui vient à mon secours : — Ju, il faudra t’y faire, c’est l’air de la maison ! Et si tu savais comment ton frère s’est démené pendant ces derniers jours Un peu penaude, elle consent enfin à m’embrasser Et oui, elle ne peut savoir toutes les choses qui se sont passées depuis son départ Elle est maintenant déridée de son voyage et me fait des grands sourires, plaquant à l’occasion ses fesses contre mon ventre pour certainement vérifier ma bonne forme ! Je lui rends par des caresses sur le postérieur. Maman marche devant, feignant d’ignorer notre manège. Elle nous emmène souper dans une crêperie près de la gare, l’odeur des crêpes masquera celle de la peinture nous lance t’elle joyeusement Là, on nous installe sur une table à quatre, maman se place en face de nous les enfants côte à côte. Julie en profite pour plaquer sa jambe contre la mienne ; maintenant elle laisse traîner une main sous la table et fait des passages, comme par hasard, au bas de mon ventre Je ...
    profite de ce que maman est occupée avec le serveur à passer la commande pour venir caresser cette avant garde exploratrice ; alors elle me pend la main la plaque sur son pubis, sa main est brulante plus tard pour ne pas laisser maman en dehors de notre jeu, je vais caresser son pied de ma chaussure. Elle me regarde interrogative puis me fait un grand sourire complice Je découvre les servitudes liées à deux femmes à s’occuper ! Le repas est excellent, nos câlineries agrémentent notre gourmandise. Lorsque nous sortons à la fin du repas, nous, les deux enfants, chacun d’un coté, nous attrapons maman par le cou pour l’embrasser et la remercier de ce bon moment. Nous regagnons ainsi bras dessus, bras dessous, la voiture au parking et nous rentrons à la maison. Bien sûr Julie est curieuse de l’avancement des travaux, un brin déçue de découvrir les murs de la chambre encore nus. Maman lui explique tout ce qui déjà a été réalisé et que le papier c’est la dernière étape, peut-être pour le prochain week-end ou les prochains jours si elle, Julie, consent à m’aider. A l’occasion, nous constatons l’odeur encore très prononcée de peinture, maman ouvre la fenêtre et conclut, si cela ne nous dérange pas, que jusqu’à la fin des travaux, elle continuera à dormir dans notre chambre. Et ce, à charge de retour, lorsque ce sera notre tour nous pourrons dormir chez elle. Cette dernière proposition désamorce les protestations de Julie qui n’avait pas envisagé cette promiscuité et rêvait déjà de plus ...
«1234...11»