1. Week-end anniversaire (3)


    datte: 15/11/2018, Catégories: Transexuels, Auteur: sifeminin,

    Salut c’est votre folle de lycra Dans les épisodes précédents je vois compter mon adolescence de rêve parmi les danseuses et surtout l’anniversaire de mes 18 ans où l’on m’avait monté une garde-robe féminine magnifique et son lendemain très porté sur le sexe. J’avais tout ce qu’il fallait désormais pour devenir une petite pédale bisexuelle. Donc le lendemain de mon anniversaire une amie de ma cousine, Hélène, avait pris mon pucelage et j’étais en train de découvrir la soumission et l’homosexualité avec elle et son papa. Mon côté soumise et obéissante leur convenait parfaitement. J’étais là dans la chambre d’Hélène allongée sur le lit les bras attachés sur le haut du lit et totalement travestie... Je sentais encore la semence; celle du papa d’Hélène dans la bouche et la mienne au niveau de mon sexe mélangés au jus de minou d’Hélène. J’étais là dans cette chambre, abandonnée, mais toutes ces odeurs me donnaient quand même la gaule; d’autant que je ne cessais de me remémorer ce que je venais de vivre quelques instants auparavant. Je rattrapais le temps perdu Il devait être à peu près 18h, soit à peu près 3h que j’étais seule dans la chambre, quand Claude est arrivé vêtu dans le plus simple appareil. -"J’ai constaté ce midi que tu étais très douée pour tailler des pipes et Hélène m’a dit que tu avais un petit cul très accueillant". -"J’espère que tu t’es bien reposée depuis tout à l’heure car maintenant je vais te féconder". Voilà ce qu’il m’a dit quand il est entré dans la ...
    chambre. J’ai commencé à rouspéter mais il est venu m’embrasser goulûment ; sans trop me laisser le choix il a glissé sa langue dans ma bouche et m’a roulé des patins monstrueux tout ceci en me caressant le sexe. Claude était directif e savait ce qu’il voulait. Il faut dire que dans la tenue que je portais, un homme avait plus envie de me baiser que de me tenir la conversation... Du coup en 5 minutes j’avais à nouveau une grosse érection mais ce coup-ci elle était provoquée par les caresses d’un homme. De temps à autre il cessait de m’embrasser pour me dire qu’il allait faire de moi une chienne et que manifestement c’était ma destinée. Ces caresses étaient précises et efficaces et en fin de compte je finissais par commencer à y prendre goût et même du plaisir. Maintenant, tant il savait y faire, mon corps allait chercher les caresses. La femelle qui somnolait en moi se réveillait. Il faut que je le reconnaisse cet homme était un expert en caresses il savait où poser sa main tout en douceur et surtout il savait d’avance comment j’allais réagir. Je me laissais aller car finalement c’était vraiment très agréable d’être traitée comme une femme. Il me caressait les flancs, mon entrecuisse, ma poitrine, mon cou et il me mordillait les oreilles; rien de tel pour vous chauffer... Le papa d’Hélène était directif autoritaire mais était aussi très doux. En même temps qu’il me caressait l’entreprise de temps à autre il venait me glisser un petit doigt dans mon intimité puis les minutes ...
«12»