1. L'étalon aiguille (Tome 3) (5)


    datte: 18/11/2018, Catégories: Transexuels, Auteur: Sam Botte,

    "Les filles électriques" Chantal se dirigea vers sa chambre et en revint quasi instantanément. — J’ai une paire de bas, là. Ça te va? — Très bien. Donne Merci ! Tiffanny fit agenouiller son mari, puis elle attacha ses chevilles avec le premier ruban de nylon et lia ses poignets dans son dos avec le deuxième. Nous constatâmes toutes les trois que, depuis qu’il était ainsi en posture "hogh-tied", la verge de Phil avait retrouvé un volume des plus prometteurs — Je vois que tu es en forme. Tant mieux ! Mais je sais que ça, ça va te plaire encore plus Elle fit un signe de la tête à Chantal. Ensemble, elles m’aidèrent me relever, puis elles me firent effectuer un demi-tour sur moi-même. Pendant que son amie m’ôtait mon bustier de daim, Tiff’ s’accroupit pour lécher à nouveau le cuir plissé de mes cuissardes. Ses yeux bleus fixaient Chantal avec intensité, mais je ne savais si ce regard signifiait "tu vois, je fais l’amour à Sam devant toi", "regarde comme je lèche bien tes bottes" ou bien "on va faire craquer Phil" En tous cas, elle connaissait mes fantasmes aussi bien que mon corps. C’est pour cette raison qu’elle retroussa lascivement ma minijupe afin de dévoiler au regard de son mari mon anus. Elle colla sa joue contre mes fesses avant d’y déposer tendrement un petit baiser. Elle suggéra à Chantal d’agir comme elle, puis elle fit glisser ses lèvres douces sur ma peau. Lorsque leurs deux bouches se rejoignirent, Tiffanny passa sa main droite par devant ma cuisse tandis qu’elles ...
    se roulaient une pelle magistrale. Tandis que ses deux doigts écartaient mes petites lèvres à la recherche de mon clitoris, Chantal, elle, m’écartait les fesses. Je pensai un instant que c’était là une manœuvre destinée à exciter plus encore Philippe mais réalisai que leur embrassade devait lui cacher le spectacle. Tiffanny, elle, continuait à mener le jeu : — Sam, j’aimerais que tu gardes ce genre de position, mais au milieu du canapé, tu veux bien mon amour ? J’eus à peine le temps de lui répondre "oui" qu’elle colla sa bouche à la mienne et se plaqua contre moi. Tout en m’embrassant, elle fit descendre le zip qui fermait ma mini et acheva de me déshabiller. — Tiens, tu vois, tu pourras même t’appuyer sur le dossier si on te fait défaillir, ah, ah, ah ! Allez, ma Chantal, on s’y remet, d’accord? — Oh que oui ! — Elle te plaît ma copine? Hein qu’elle est bien foutue? — Elle l’est autant que toi, Tiff ! Je te jure, dès que je l’ai vue, j’ai trouvé qu’elle était comme toi. — Tu sais quoi, Chantal? Tu serais étonnée de savoir à quel point ça fait longtemps que je rêve "d’être comme Tiffanny" ! En appui sur les bras, je me retournai vers elle et lui demandai de m’embrasser. Elle ne se fit pas prier. Sa langue fouillait ma bouche comme si elle avait voulu en récolter toute la salive. Dès qu’elle mit fin à notre étreinte, elle se précipita contre les lèvres de son amie d’adolescence. Toutes deux reprirent alors leurs caresses méthodiques, alternant cunnilingus et feuilles de rose. ...
«1234...»