1. Beau papa (1)


    datte: 19/11/2018, Catégories: Gay, Auteur: storysexe,

    Depuis que Jean-Marc mon beau-père est entré dans ma vie, j’ai élargi mes critères de fantasmes au niveau des hommes. Il a 38 ans, il est brun, environ 1 mètre 75. Lorsqu’il a connu ma mère, il était plutôt musclé. Je le regardais mais sans plus. Mais au bout de quatre ans de vie commune avec ma mère, il a pris pas mal de poids. Il pèse aujourd’hui 80 kilogrammes. J’ai déjà eu l’occasion de le voir torse nu. Il est très poilu, des poils noirs et drus qui recouvrent tout son ventre dodu. Si on le regarde de plus près, il a un début de calvitie, une tête assez ovale et des lunettes carrés. Au fil des années, il m’excite de plus en plus quand je le regarde. Il a une bonne tête de pervers et j’adore ça. J’ai déjà fait en sorte de le voir nu. En rentrant dans la salle de bain notamment ou même d’une façon qui m’excitait encore plus, avant d’aller au lit, j’allais le voir au moment où il était aux toilettes pour faire la grosse commission. Il était donc assis sur les chiottes et j’allais le voir pour lui souhaiter la bonne nuit. Il ne se doutait pas que c’était en réalité pour regarder sa queue pendre dans les toilettes. Elle était de taille moyenne, je l’imaginais à 18 cm en érection mais elle était d’une largeur incroyable. À plusieurs reprises, je l’entendais baiser ma mère le soir. Je n’entendais étrangement jamais ma mère. Peut-être avait-elle peur de nous réveiller sans savoir que je les écoutais. Par contre, mon beau-père je l’entendais. Il respirait fort, poussait des ...
    râles virils mais étouffés. Jusqu’au moment où il jouissait, il disait " je vais jouir, je vais jouir. " J’ai dû l’entendre pour mon plus grand bonheur deux ou trois fois. La partie précédente était réelle en tout point mais la partie qui va suivre est un fantasme. Un samedi, jour où ma mère travaillait, je me retrouvais seul avec lui à la maison. On habite dans une petite ville dans une vieille maison à l’abri des regards. Il aime beaucoup m’apprendre des choses sur le bricolage. Lui qui s’y connaît beaucoup voulait me faire partager son savoir. Nous allons donc au grand garage attenant à la maison pour poncer une porte afin de la repeindre. Je m’installe alors sur une vieille chaise de jardin en plastique afin de l’observer travailler. Il se baisse un peu, allume la machine et dans un vacarme sans fin commence à poncer la porte. Il est torse nu et porte un pantalon de travail kaki. Celui-ci doit lui aller trop grand car étant baissé, je peux voir une bonne partie de sa raie poilue. À la vue de cette raie et de son dos tout aussi poilu que son ventre, je commence à avoir la trique. Son corps m’excite et je commence à me passer une main sous le caleçon pour me toucher devant ce fantasme. Soudain, il se retourne brusquement vers moi et arrête la machine. — Dis-moi Tom, tu ne serais pas en train de regarder ma raie qui dépasse de mon pantalon ? — Non Jean-Marc, je ne me permettrai pas. Voyant que je mentais, mon beau-père prend la deuxième chaise, l’installe à mes côtés et commence ...
«123»