1. Plaisir anal au lycée


    datte: 20/11/2018, Catégories: Anal, Gay, Première fois, Auteur: nadiatvx,

    J’étais encore interne dans un lycée, j'avais confiance en un "grand", un maître d’internat de 7 ou 10 ans mon aîné et je l'ai suivi jusque dans sa chambre. Prétextant que la sieste était sacrée, il entra dans son lit et me dit que je devrais en faire autant.N'ayant qu'un seul lit, on fit la sieste ensemble et là, il commença à me déshabiller en me caressant mais je refusai de me mettre à poil et je gardai mon slip. Il resta doux avec moi, me colla et je sentis son zob coulisser entre mes cuisses. Je trouvais cela bizarre et il m'envoya une dose qui me mouilla les cuisses. Il aurait pu me pénétrer, je ne sais pas pourquoi il ne l'a pas fait, j'avais très peur mais j'aurais aimé. Il se serait un peu moins pressé, il aurait pu m'avoir, j'aurais bien aimé qu'il me remplisse le ventre.Ce couillon est allé vite chanter autour de lui qu'il m'avait eu. Il n'aurait rien dit je crois que j'aurais vite renouvelé l'expérience en allant un peu plus loin.Il aurait pu me défoncer car il avait excité ma curiosité, le problème c'est qu'il n'était pas discret, j'aurais bien aimé l'avoir en moi mais ce n'était pas perdu pour tout le monde. On faisait souvent des sorties en forêt et là, j'ai eu l'occasion, avec cinq autres camarades de mon âge, de m'éclipser du groupe. On se cacha et on entreprit une petite orgie à notre niveau, on se suçait, nos queues étant trop petites, on s'enfonçait dans le cul ce qu'on trouvait.Pendant que deux me tenaient fermement, on me suçait et je me suis surpris à ...
    crier "oui" quand on m'enfonça une petite bouteille dans l'anus ! C’était très agréable de se faire pénétrer sans pouvoir se défendre, on ne pouvait que crier soit de douleur soit de jouissance. Très vite, on forma un petit groupe bien soudé et on ne manquait pas une occasion de se faire discrètement des câlins, surtout sous la douche où le fait de se faire surprendre par les autres nous procurait des sensations fortes.J'aimais bien les sorties en forêt où j'avais l'occasion de satisfaire mes pulsions : être dominé, entièrement nu, immobilisé, me faisant pénétrer par tous ou presque car les plus membrés arrivaient à peine à me franchir la rondelle mais cela leur faisait plaisir et moi aussi.On a trouvé un truc drôle : quand on devait sortir, on se retenait de pisser et pendant notre jeu, on se pissait dedans, et on devait tout garder, on se surveillait mutuellement. C’était assez dur quand même car le premier à se faire remplir prenait le maximum et on passait le reste de la journée à éviter les fuites. En vitesse, j'étais devenu le préféré du groupe pour subir, en clair, leur petite pute, je me faisais sucer les seins et aussi la bouche souvent. J’avais aussi très souvent le ventre plein d'urine et là, on me surveillait de près pour m'empêcher de me vider.Le centre où on était disposait d'un bâtiment de vacances au bord de la mer et les plages étaient presque désertes et on s'y promenait en short et même le plus souvent tout nu. Dans la mer il y avait en nombre une bestiole ...
«12»