1. Bergen (5)


    datte: 25/11/2018, Catégories: Gay, Auteur: Naïa,

    Je plongeais tête la première , ouvrait les yeux sous l’eau et nageais quelques brasses jusqu’à ses jambes. Je sortis la tête de l’eau devant son nombril, y déposais un baiser, et me tenant à ses hanches remontais le long de son ventre en frottant mes lèvres contre le sillon de léger duvet qui y formait une ligne droite. Il ne s’enfuyait pas, ne me repoussait pas, n’appelait pas la police, tout allait bien et pour ne pas y penser je continuais àembrasser sa peau. Il ne bougeait toujours pas, mais j’entendais sa respiration s’accélérer. Son sexe gonflait dans son short, et butait contre mon plexus. Je poursuivais mon ascension, embrassais ses pectoraux, mordillait ses tétons, lui arrachant un soupir et de petits « ha ». Ses bras pendaient dans l’eau le long de son torse tremblant sous mes baisers. J’arrivais à sa gorge, la léchais, la suçais, glissait mes lèvres sur sa pomme d’adam, mordait doucement son menton, soudain j’empoignais l’élastique de son short sur ses hanches, le baissais d’un coup sec et l’embrassais à pleine bouche. La surprise lui fit refermer les bars autour de moi. Ses mains s’accrochèrent à mes épaules tandis que je fourrais ma langue dans sa bouche. Il poussa la sienne entre mes lèvres, et glissa ses mains jusqu’à mes fesses qu’il empoigna fermement. Je m’étais peut-être trompé après tout, le bon élève avait le toucher d’un homme qui sait y faire. J’empoignais son sexe d’une main, il paraissait léger dans l’eau mais.. mon dieu.. qu’est ce qu’il était ...
    gros ! Je fis coulisser ma main le long de cet engin, assez long sans être démesuré, il était surtout dur et vraiment très épais. Une vraie barre de fer d’environ 18 cm, mais d’au moins 5 de diamètre si ce n’était plus. C’est bien simple il était aussi large que mon poignet! Tout d’un coup j’avais peur, et si tout cela était une mauvaise idée ? Je n’ai jamais été très à l’aise avec les gros sexes. Très jeune j’avais couché avec un homme qui en avait une énorme, il s’y est mal pris, j’en ai gardé une certaine appréhension. La plupart de mesamants en avaient de « normaux ». Certains étaient très bien pourvus mais aucun n’en avait un surdimensionné. Peut-être qu’inconsciemment je les choisissais comme ça. Depuis des années, presque depuis que je couchais avec des hommes, je n’en avais pas vu une pareille. Pendant que je l’embrassais en branlant doucement son énorme bite, mon beau brun me montra quelques uns de ses talents cachés. Me rendant mes baisers avec fougue, il empoigna le haut de mes cuisses, les enroula autour de sa taille et agrippa mes fesses des deux mains. Je lâchais son membre colossal qui vint se glisser sous mes testicules et m’accrochais à sa nuque. Il nous fit flotter jusqu’au bord. Au fond, il comprenait vite, il fallait simplement lui expliquer longtemps. Dos au mur, serré dans les bras de Bjorn, je ne pouvais plus aller nulle part, et ça m’allait très bien. Bjorn m’embrassait toujours plus fougueusement, tournant sa langue autour de la mienne, mordillant mes ...
«12»